LPO Aquitaine

Contactez-nous
Restez informé

En souscrivant à nos lettres d'informations locales

Je m'inscris

En suivant la LPO Aquitaine

La LPO Aquitaine en images

Productions LPO

Atout pics !

Les pics sont des oiseaux fascinants : leurs pattes munies de quatre doigts terminés de griffes puissantes leur permettent de s'accrocher aux arbres tandis que leur bec droit et tranchant à l'extrémité leur permet d'y creuser des loges. Bref, ils sont parfaitement adaptés à la vie arboricole. Mais la cohabitation peut parfois s'avérer difficile lorsque les photos creusent des trous dans les volets, les maisons, les gymnases. Pourquoi s'attaquer-ils aux bâtiments ? Comment faire pour protéger sa maison ? C'est ce que nous allons voir aux côtés de Mathieu, le naturaliste barbu de la LPO Aquitaine dans ce nouvel et dernier épisode de Colocataires sauvages.

Pour aller plus loin

Découvrez nos fiches conseils

Abonnez-vous pour ne pas manquer le prochain épisode des Colocataires sauvages.

Visionnez l'ensemble des épisodes disponibles de la Web-série Colocataires sauvages

Voir plus de vidéos
Photo de la semaine
Bécassine des marais (Gallinago gallinago)

Des bécassines, pas des bassines !

© Fabrice Cahez

La Bécassine des marais est un limicole de taille moyenne typique des milieux marécageux peu profonds, facilement identifiable à son long bec droit et fin qui lui permet de dénicher sa nourriture dans la vase. Son plumage brun rayé et tacheté la rend toutefois difficile à apercevoir au sol dans son environnement. On la repère en général lorsqu’elle s’envole brusquement en poussant un cri rauque caractéristique.

Alors qu’environ 200000 individus sont déjà abattus chaque année en France par les chasseurs, les bécassines sont aujourd'hui surtout menacées par la disparition de leur habitat. Dans un projet d’arrêté, le Gouvernement propose de faciliter la transformation des zones humides naturelles inférieures à un hectare en plans d’eau artificiels destinés à l’irrigation agricole, c’est à dire des « mini-mégabassines ». Poursuivre ainsi la dégradation de réservoirs de biodiversité pour maintenir sous perfusion un modèle agricole obsolète et délétère, constitue une régression écologique irresponsable !

Avant le 19 juin, participez à la consultation publique en cours sur l’arrêté ministériel pour dire non à la destruction des zones humides.

En savoir plus