Climat

Les preuves scientifiques sont là : les changements climatiques sont une réalité. Ils sont causés par les activités humaines (notamment par la surexploitation des énergies fossiles qui libèrent du CO2). Ils représentent un risque global pour les hommes et la nature dont ils dépendent. Des actions concrètes et rapides sont nécessaires afin de maîtrise l'ampleur du phénomène et de préparer les populations les plus fragiles à s'y adapter.

Les effets du changement climatique sur les oiseaux et les écosystèmes

L'Oie cendrée, qui hivernait principalement en Espagne, passe désormais l'hiver en France en grand nombre, ne traversant plus les Pyrénées.

Plus d'un millier de cigognes blanches hivernent dans le sud et l'ouest de la France, plutôt que de le faire en Afrique tropicale. Des hirondelles essaient, ici et là, de résister aux rigueurs du froid en hivernant dans des zones particulièrement douces, comme notamment en Bretagne.

Certains rapaces migrateurs comme la Bondrée apivore ou le Busard des roseaux ont tendance à quitter l'Europe plus tôt que par le passé. D'une part parce que ils ont fini plus tôt leur reproduction, mais aussi et sans doute, pour anticiper des périodes de sécheresse plus précoces au sud du Sahara.

En revanche, des oiseaux qui avaient l'habitude de passer la mauvaise saison sous nos latitudes ont aujourd'hui tendance à rester plus au nord, autour des mer Baltique et du nord. C'est le cas de la Macreuse noire, un canard marin nichant dans la toundra. Mais aussi de petits passereaux comme l'Alouette hausse-col, la Linotte à bec jaune ou le Bruant lapon.

La LPO, à la demande du ministère de l'écologie, analyse chaque année le comportement d'espèces indicatrices, qui sont susceptibles de réagir au réchauffement climatique en cours.

Pour en savoir plus : https://naturefrance.fr/indicateurs/date-darrivee-des-oiseaux-migrateurs.

La LPO accompagne les actions mises en œuvre pour lutter contre ce phénomène notamment le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables en veillant à leur bonne intégration dans l'environnement.

Le changement climatique dans les aires naturelles protégées !

Pour les espaces naturels protégés gérés par la LPO, le changement climatique est aussi une réalité : + 10 cm d’élévation du niveau marin mesurée dans les Pertuis charentais sur les 40 dernières années (1970 – 2010), entre +1,2 et 1,5°C d’augmentation de la température moyenne des eaux marines.

La Réserve de Lilleau des Niges à marée haute © LPO

Et les submersions marines côtières pourraient être plus fréquentes à l’avenir, une tous les 10 ans en moyenne, sans oublier la hausse des températures extrêmes, de l’acidification des eaux marines pour ne citer qu’eux.

Pour suivre et anticiper les effets du changement climatique, la LPO s’est engagée dans le projet européen Life Natur’Adapt

Pour en savoir plus :

https://naturefrance.fr/changement-climatique

dernière mise à jour : 14 septembre 2021