Jeunes rapaces au sol, les bons réflexes !

Actualité

Jeunes hulottes - © Grégory SMELLINCKX

Lors d’une balade ou dans votre jardin, il peut vous arriver de vous retrouvez nez-à-nez avec un rapace au sol.

Le premier réflexe à avoir est : observer l’animal

  1. S’il est blessé (sang, boiterie, aile pendante…), contactez un centre de sauvegarde au plus près de chez vous.
  2. S’il est tout rose et n’a pas encore de plume, il faut impérativement le replacer rapidement dans son nid où il sera au chaud et couvé par sa mère. Si le nid est inaccessible, mettez l'oisillon dans un carton avec une bouillote et contactez un centre de soins au plus près de chez vous.
  3. Si le plumage est en duvet, cela signifie que le rapace a encore besoin de ses parents car il est jeune, il ne sait pas voler et n’est pas encore autonome pour se nourrir. Les bons réflexes à adopter vont alors dépendre de l’espèce à laquelle vous avez à faire. Il faut donc identifier l’espèce.

 

Parmi les espèces de rapaces les plus communes en France on retrouve :

Rapaces diurnes :

  • Le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)
  • La Buse variable (Buteo buteo)

Rapaces nocturnes :

  • La Chouette hulotte (Strix aluco)
  • La Chevêche d’Athéna (Athene noctua)
  • Le Petit-duc scops (Otus scops)
  • Le Hibou moyen-duc (Asio otus)
  • Le Grand-duc d’Europe (Bubo bubo)
  • L’Effraie des clochers (Tyto alba)

 

Rapaces diurnes

Si l’oiseau est un rapace diurne, il n’est pas habituel de le trouver au sol. Il est surement tombé de son nid ou a raté son premier envol. Pour l’aider, repérez le nid et replacez-y l’oiseau délicatement.

Si ce n’est pas possible, replacez l’oiseau en hauteur, au plus près d’où vous l’avez trouvé.

Rapaces nocturnes

Pour les chouettes et hiboux (à l’exception de l’Effraie des clochers), les jeunes se retrouvent vite à l'étroit dans leur cavité et commencent très tôt à sortir, même s’ils ne savent pas encore voler. Ils descendent alors au sol ou sur des branches basses, ce qui est un phénomène tout à fait naturel. Les parents restent dans les alentours et continuent à les nourrir. Il est donc primordial de ne pas les déplacer.

Si par contre l’un d’entre eux est à proximité d’un danger (routes, chats…), placez-le en hauteur sur une branche, ou cachez-le dans un buisson, sans l’éloigner à plus de 20m d’où vous l’avez trouvé. Vous pouvez également le replacer dans un carton suspendu, si vous avez le matériel nécessaire. Pour ce faire, placez le petit sur du papier absorbant ou un linge, dans un carton de faible profondeur (3 fois la taille de l'oiseau). Suspendez-le à 1,30 m de haut (minimum). Veillez à le placer suffisamment haut afin qu'aucun prédateur (notamment le chat) ne puisse y accéder. Le soir venu, les parents reviendront nourrir le jeune, alertés par ses cris.

Cas particulier : l’Effraie des clochers

L’Effraie des clochers est la seule espèce de rapace nocturne dont les petits restent au nid jusqu’à l’envol. Une jeune effraie au sol est donc en danger de mort. Il faut alors repérer le nid et y replacer l’oiseau délicatement.

Si ce n’est pas possible, contactez un centre de sauvegarde au plus près de chez vous.

A savoir, le fait de toucher un jeune oiseau n’entraînera aucun rejet par les parents.

 

Conseil