Victoire en faveur des Vautours fauves

Actualité
Partager :

Condamnation sans précédent d'un éleveur pour destruction d'espèce protégée suite à des tirs volontaires sur un Vautour fauve.

Groupe de vautours fauves posés sur des rochers

Vautour fauve (Gyps fulvus) © Raphaël Néouze

Souvenez-vous de cet éleveur, M. D. qui en avril dernier avait tiré à deux reprises avec une carabine équipée d'un silencieux, d'un trépied et d'une lunette de visée sur un Vautour fauve près de Saint-Félix-de-Rieutord, en Ariège sous prétexte qu'il menaçait son troupeau. Il vient d'être condamné mardi 25 novembre par le tribunal correctionnel de Foix. La LPO, le Comité écologique ariègeois (CEA), FNE s'étaient portés parties civiles.

Une condamnation sans précédent

Le verdict est tombé mardi 25 novembre 2014 et les réquisitions du parquet ont été reprises.

Au niveau pénal, cet éleveur qui avait délibérément tiré et tué un vautour fauve, l'accusant de s'en prendre aux brebis, a été condamné :

  • à 7500 € d'amende dont 6000 € avec sursis (soit 1500 € d'amende effective) ;
  • au retrait de son permis de chasse pendant 1 an ;
  • à verser aux 3 associations parties civiles la somme de 500 € au titre des dommages et intérêts et 200 € au titre des frais, soit 700 € chacune.

Au total, il est donc condamné à 3 600 € de sanctions financières.

Un espoir pour les Vautours fauves ?

Il est important de rappeler que les vautours en tant qu'oiseaux nécrophages n'interviennent que sur les animaux immobiles donc des animaux morts ou exceptionnellement mourants. Ils ne font dans ces cas-là qu'anticiper une mort certaine. « Leur morphologie et leur comportement ne leur permettent pas de tuer un animal en bonne santé ni en pleine possession de ses moyens comme le ferait tout simplement un prédateur » assure Olivier Duriez, ornithologue et enseignant-chercheur au Centre d'Ecologie Fonctionnelle & Evolutive de Montpellier 2.

Par ailleurs, les Vautours fauves sont de véritables équarrisseurs naturels. Et pour cause : en nettoyant les pâturages des cadavres de bétail, ils rendent service aux éleveurs et évitent ainsi la propagation de maladies contagieuses ou la pollution bactériologique des nappes phréatiques par l'intermédiaire des eaux de ruissellements.

Alors qu'on assiste à une recrudescence des rapaces tirés ou empoisonnés, la LPO espère que cette décision sera jouer un rôle suffisamment dissuasif.

Dans ce même combat pour la réhabilitation des vautours, la LPO déplore que l'arrêté du Préfet de l'Ariège de septembre dernier autorisant les tirs d'effarouchement des vautours, -arrêté que la LPO, le CEA et FNE viennent d'attaquer au tribunal administratif de Toulouse- soit en application. La LPO se demande dans quelle mesure ce type d'autorisation ne favorise-t-il pas ce genre comportement hostile aux rapaces protégés.

Mobilisez-vous en faveur du Vautour fauve

Dans ce contexte où les vautours fauves sont accusés à tort d'attaquer et de tuer le bétail vivant ou en bonne santé, la LPO vous donne la possibilité d'agir pour aider une espèce dans la tourmente, victime de méconnaissance et de désinformation.