Une chaine de solidarité des vétérinaires avec la LPO en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Actualité
Partager :

Merci pour leur aide en 2021 ! La LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur collabore toute l’année avec des vétérinaires qui participent aux missions de sauvegarde de la faune sauvage. 

Mathilde Prévot, vétérinaire prodiguant des soins à un Faucon pèlerin © Univet Nature

Mathilde Prévot, vétérinaire prodiguant des soins à un Faucon pèlerin © Univet Nature

L’implication des vétérinaires aux côtés du centre de sauvegarde de la faune sauvage

Quelques vétérinaires réalisent dans leur clinique des radiographies et des actes chirurgicaux, des actes qui ne peuvent pas être pratiqués au sein du centre régional de sauvegarde de la faune sauvage. Un réseau de cliniques relais permet également aux découvreurs de déposer les animaux sauvages blessés près du lieu de découverte avant leur transfert par des bénévoles vers le centre de sauvegarde. Après un premier diagnostic vétérinaire et d’éventuels soins parfois conséquents, les animaux sauvages sont conduits vers l’établissement de réhabilitation où des soigneurs animaliers vont tout mettre en œuvre pour qu’ils retrouvent la liberté.

Opération d'une Cigogne par le docteur Franck Dupraz

Opération d'une Cigogne par le docteur Franck Dupraz

Le rôle des vétérinaires pour l’équarrissage naturel dans le Verdon

Les vautours peuvent s’alimenter au niveau de placettes d’alimentation pour rapaces nécrophages alimentées par des éleveurs d’ovins ou de caprins sous le contrôle et la sécurité des autorités sanitaires. La placette d’alimentation est d’abord un outil de conservation de ces rapaces menacés, mais aussi un outil de recyclage rapide et efficace des perses d’élevage, un lien direct entre vautours et éleveurs. La réalisation d’une placette nécessite donc un accord préalable des services vétérinaires au regard d’impératifs sanitaires sur le mode de construction et la localisation (distance aux habitations, aux points d’eau). Avec l’appui des services vétérinaires, ces placettes sont créées en respectant des consignes sanitaires strictes.

Curée Vautours fauves © Olivier PUCCIA

Curée Vautours fauves © Olivier PUCCIA

Univet Nature fidèle partenaire de la LPO PACA avec un don exceptionnel de 26 830 € en 2021

Univet Nature est un fonds de dotation d’initiative vétérinaire. Il a pour vocation de créer un flux financier entre la profession vétérinaire, ses partenaires et ses clients d’une part, et des associations de protection de la nature d’autre part. Ce projet est le fruit d’une collaboration inédite entre des vétérinaires et des écologues, notamment plusieurs acteurs de la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur. Grâce aux vétérinaires, aux Auxiliaires Spécialisées Vétérinaires et aux donateurs présents lors du gala de l’espoir des animaux sauvages, la LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur a reçu un don exceptionnel de 26830 € ! Outre une aide à la gestion du centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux, ce financement permettra de protéger la Réserve Naturelle Régionale des Gorges de Daluis ainsi que le programme de réintroduction des vautours dans le Verdon.

Soins prodigués à un Faucon hobereau au Centre régional de sauvegarde de Buoux © Grégory Delaunay

Soins prodigués à un Faucon hobereau au Centre régional de sauvegarde de Buoux © Grégory Delaunay

Les vétérinaires acteurs majeurs de la protection de la nature ?

Le docteur Christophe Carlier a consacré une thèse sur l’engagement de la profession vétérinaire pour l’environnement :

 

 « Le développement durable : une réponse à la crise d’identité de la profession vétérinaire». En conclusion de sa thèse, il souligne que « Les vétérinaires possèdent une aura particulière, ils aiment les animaux. Ils sont les garants du lien homme-animal. Un lien extrêmement puissant puisqu’il rappelle à l’homme son animalité qu’il a trop longtemps voulu nier en se coupant de la nature et en considérant les animaux uniquement comme des ressources. Nous appelons, entre autres, la profession vétérinaire à se poser la question de l’éthique animale et à définir son propre courant de pensée ».

Christophe Carlier

Docteur vétérinaire