Toitures végétalisées : les éléments externes favorisant la biodiversité

Conseil Biodiversité
3 décembre 2021
Partager :

Il existe des moyens simples pour accroître la biodiversité sur les toits végétalisés. Ces techniques correspondent aux mêmes pratiques mises en place dans les espaces verts : gîtes et nichoirs, mares, ruches ou encore « hôtels » à insectes.

Nichoirs et gîtes

Les toitures végétalisées, quand elles ne sont pas fréquentées par l’homme, sont des espaces calmes favorables à la nidification de nombreuses espèces d’oiseaux. Certaines d’entre elles peuvent nicher directement au sol (goélands, vanneaux huppés, gravelots...) alors que d’autres peuvent rechercher des cavités. La pose de nichoirs en bordure de toitures peut aussi se révéler favorable pour de nombreuses espèces. Attention cependant à la hauteur du toit pouvant limiter la présence de certaines d’entre elles :

Toiture d’immeuble de plus de 10 étages :

  • Nichoirs semi-ouverts pour rougequeue noir dirigés vers la terrasse
  • Nichoirs pour martinets dirigés vers l’extérieur
  • Nichoirs pour faucon crécerelle et faucon pèlerin dirigés vers l’extérieur sur un immeuble dominant les bâtiments environnants

Toiture d’immeuble de moins de 10 étages :

  • Nichoirs groupés pour hirondelles sous des avancées de toit ou des arcades
  • Nichoirs pour moineaux dirigés vers l’extérieur

Toiture d’immeuble à la hauteur des arbres environnants :

  • Tous les autres nichoirs dirigés vers l’extérieur pour les oiseaux cavicoles anthropophiles (mésanges par exemple)

On citera enfin la possibilité d’implanter des gîtes à chauves-souris sur les bordures extérieures des toitures.

Création de mares

L’eau excédentaire sur les toits végétalisés peut être récupérée pour alimenter une petite mare.
Celle-ci peut être réalisée à l’aide d’une géomembrane imperméable placée au fond d’une cuvette afin d’en assurer l’étanchéité. Le remplissage est alors assuré par les eaux pluviales, parfois collectées et ramenées vers le point d’eau. La végétation peut soit s’implanter par ensemencement naturel, donc sans intervention humaine, soit à partir de prélèvements faits dans d’autres mares.
Le prélèvement doit être effectué avec parcimonie et il est interdit de prélever des espèces protégées. Aucune espèce animale ne doit être introduite.

Ruches

Les toitures plates peuvent créer un très bon lieu d’accueil pour l’installation de ruches. Les abeilles jouent un rôle important en terme de biodiversité en transportant le pollen et en assurant la fécondation des plantes et donc la production de fruits. De plus, la qualité et la production de miel produit en ville sont souvent meilleures qu’à la campagne en raison d’une moindre quantité de pesticides utilisés. Les ruches ont aussi une vraie valeur éducative et produisent du miel qui peut être redistribué aux habitants de l’immeuble, créant ainsi un réel rapprochement social. L’implantation de la ruche doit se faire en respectant des règles de distance minimum par rapport aux habitations. Elle doit être placée sur un site sec, ensoleillé, facilement accessible et protégé du vent dans une zone où les abeilles pourront avoir accès à des plantes à fleurs.

Les ruches doivent être déclarées. Le code rural définit le cadre général pour l’implantation d’une ruche (article 206 et 207, chapitre II « Des animaux de basse-cour, pigeons, abeilles, vers à soie et autres »). Il prévoit que pour chaque département, les règles de distance soient définies par les préfets après avis des conseillers généraux et si ce n’est pas le cas, par les maires.

L’engouement pour l’installation des ruches en ville nécessite de la mesure. En effet, les abeilles domestiques entrent en compétition avec les autres espèces d’hyménoptères, généralement solitaires. Ainsi, comme tout aménagement, la pose de ruches doit être raisonnée et partagée dans l’espace entre les différentes espèces. On veillera ainsi à en installer sur certaines toitures et pas sur d’autres

"Hôtel" à insectes

Pour favoriser la présence d’insectes sur un toit, on peut simplement y poser des vieux bois morts où ils pourront s’abriter. Il est aussi facile d’installer un « hôtel » à insectes. Il s’agit d’une structure en bois où l’on placera différents matériaux qui créeront des gîtes pour plusieurs types d’insectes.
Suivant les insectes souhaités sur la toiture, on utilisera :