Lignes électriques

La LPO participe au Comité National Avifaune qui réunit les entreprises gestionnaires des réseaux et des naturalistes pour limiter l'impact des lignes électriques sur la biodiversité

Lignes électriques

La LPO participe au Comité National Avifaune qui réunit les entreprises gestionnaires des réseaux et des naturalistes pour limiter l'impact des lignes électriques sur la biodiversité

Les oiseaux font l'objet d'une attention particulière dans les aménagements de lignes électriques car ils sont exposés à deux types de dangers :

  • la collision, le plus souvent avec les lignes haute et très haute tension, mais parfois aussi avec le réseau moyenne et basse tension ;
  • l’électrocution, le plus souvent sur des ouvrages moyenne et basse tension (lignes ou poteaux), mais parfois aussi sur le réseau haute tension, pour certaines configurations de pylônes.

Selon les espèces, et en particulier selon leur envergure, leur maniabilité en vol et leurs comportements, la vulnérabilité vis-à-vis des lignes électriques diffère.

Conscients de l’impact des lignes électriques, les gestionnaires de réseaux (RTE et Enedis) réalisent des actions de protection. Celles-ci reposent essentiellement sur des contacts réguliers engagés dès les années 90 entre les associations naturalistes et EDF. Dès 1992, EDF s'est engagée en signant avec l'Etat un accord pour limiter l'impact environnemental des réseaux, et la LPO a réalisé la première synthèse nationale sur les cas d’électrocution et de collision avec les réseaux électriques. Cette première étude a permis d'évaluer le risque de certains équipements et la sensibilité des milieux. C'est donc en toute logique que gestionnaires de réseaux électriques et associations de naturalistes ont multiplié les contacts pour mener ensemble des actions d'insensibilisation des lignes.

Depuis 2004, ces contacts se sont organisés sous la houlette d'un organe de pilotage original : le Comité National Avifaune (CNA). Ce comité regroupe deux grandes associations de protection de la nature : la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et France Nature Environnement (FNE) et les principaux gestionnaires de réseaux électriques en France : RTE, le Réseau de Transport d'Electricité et Enedis (l'opérateur de distribution d'électricité).

Le CNA est un rare exemple de gouvernance associant des ONG et des entreprises. Il aide RTE et Enedis à orienter leurs efforts de protection de l’avifaune vers les actions les plus efficaces et favorise, notamment au niveau régional et local, les relations entre les opérateurs et les naturalistes, veillant à la cohérence des actions en cours et futures, et aux priorités de mise en œuvre.

Découvrir le site web du CNA

 

Le CNA se réunit 4 fois par an et permet d’aborder les points suivants :

  • retour d’expériences des initiatives en région,
  • partage des bonnes pratiques,
  • analyse des difficultés rencontrées sur le terrain,
  • mobilisation des acteurs locaux.

Le ministère en charge de l'environnement a intégré le CNA en 2013 en tant qu'invité permanent.

Le lien entre les partenaires a été consolidé en 2011 par la mise à disposition par RTE et Enedis, d'un médiateur, chargé de faciliter le dialogue entre les différentes parties prenantes et de prévenir les difficultés.

 

Le CNA diffuse un bulletin semestriel « Oiseaux et Lignes Électriques - Actualités » axé sur les événements locaux et un bulletin annuel « Oiseaux et Lignes Électriques - Thématique » axé sur des problématiques techniques ou espèces.

Pour consulter ces bulletins cliquez ici.

 

Les représentants des membres du CNA :

  • RTE : Jean-François Lesigne et Anaëlle Brand
  • Enedis : Thierry Bara et Cécile Gladin
  • LPO : Marie-Paule De Thiersant et Sébastien Dervin
  • FNE : Lionel Jacob et Dominique Py
  • Médiateur du CNA : Patricia Mela

 

Aller plus loin

dernière mise à jour : 24 octobre 2022