Continuités écologiques

Continuités écologiques

 

Chevêche d’Athéna © Patrick Da Silva – LPO-IDF

Inscrite comme espèce de cohérence pour la Trame Verte et Bleue dans le Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE), la Chevêche d’Athéna est fortement dépendante de la structure paysagère. La présence d’une mosaïque de milieux variés et d’un réseau de continuités écologiques s’avère cruciale pour la dispersion des jeunes et le maintien de populations viables. Un travail important doit donc être mené afin de rétablir la fonctionnalité des corridors écologiques dans des secteurs fragilisés.

Le recensement standardisé mené par le CORIF entre 2010 et 2012 a permis de mettre en évidence la présence de plusieurs noyaux de population de Chevêche en Île-de-France, notamment dans l’est du Val d’Oise (Pays de France) et le nord de la Seine-et-Marne (Vallée des Deux Morins). Ces noyaux ont fait l’objet d’études plus fines entre 2013 et 2019 qui ont défini une zone non fonctionnelle les séparant, marquée par une agriculture céréalière intensive. Dans cette zone de coupure, seules 5 chevêches avaient été repérées lors des recensements, sur un total de 110 contacts pour la zone élargie aux noyaux de population. Un travail de réflexion a alors été entrepris pour localiser les secteurs propices à la mise en place d’aménagements favorables à l’espèce et recréer une « zone de continuité ».

Localisation des noyaux de population est Val d’Oise et nord Seine-et-Marne, et de la zone de continuité

En 2022, la LPO Île-de-France a initié un projet sur ce secteur situé entre l’est du Val d’Oise et le nord de la Seine-et-Marne afin de consolider et de renforcer les populations de Chevêche en reconstituant les continuités écologiques qui lui sont favorables. Plusieurs actions sont prévues sur le territoire jusqu’en 2027.

Organisation de réunions publiques

Des rencontres sont organisées avec les élus, les agriculteurs et le grand public dans les communautés de communes et d’agglomération de la zone d’étude (CA Pays de Meaux, CA Roissy Pays de France, CC Pays de l’Ourcq, CC Plaines et Monts de France). Ces rencontres se tiennent sous la forme de conférences, parfois suivies d’une sortie nocturne. Véritables moments d’échanges, elles présentent la situation de la Chevêche d’Athéna en Île-de-France et les actions qu’il est possible de mettre en place pour la préserver. Ces réunions permettent d’engager des discussions avec les différents acteurs du territoire pour la mise en place de futurs aménagements.

Actions de conservation

Des actions de conservation sont réalisées sur le territoire, conjointement avec les communes et les agriculteurs volontaires, afin de conserver et entretenir les habitats favorables déjà existants (arbres isolés, haies, vergers, friches, prairies), développer les capacités d’accueil en créant de nouveaux secteurs attractifs (plantation d’arbres et de prairies) et améliorer la qualité des sites (installation de nichoirs et perchoirs).

Des chantiers participatifs sont organisés plusieurs fois par an et impliquent salariés, bénévoles de la LPO et habitants du territoire. Ces chantiers, suivis notamment par le groupe local Vallée de la Marne, permettent de sensibiliser les participants à la protection de la biodiversité au travers d’actions concrètes. Plusieurs objectifs ont été définis :

  • Plantation de 5 km linéaires de haies d’ici 2027, d’alignements d’arbres et de vergers ;
  • Installation d’un réseau d’une trentaine de nichoirs pour pallier le manque de cavités naturelles, avec parfois de beaux résultats puisqu’un premier cas de reproduction a été observé en 2023.

Nichoir artificiel installé pour la Chevêche © Yves Dubois – LPO-IDF

Chantier participatif de plantation de haie © Lucille Bourgeais – LPO-IDF

Un travail de terrain et de recensement des mâles chanteurs par la méthode de la repasse permettent d’orienter le choix et la localisation des mesures de conservation.

Des prospections se poursuivent en 2024 afin d’améliorer les connaissances de la répartition des individus et suivre l’évolution de la population locale. Elles consistent à réaliser 10 points d’écoute dans un secteur constitué de 10 carrés de 1 km² (1 point d’écoute par carré). Deux passages doivent être réalisés entre février et avril, espacés d’au moins 15 jours. Le protocole complet ainsi que les secteurs de prospection sont téléchargeables en bas de page.

Sensibilisation et communication auprès des élus et habitants

Plusieurs actions de sensibilisation sont prévues sur le territoire :

  • Organisation de sorties nocturnes visant à faire découvrir les rapaces nocturnes au grand public et à sensibiliser aux enjeux de préservation de ces espèces ;
  • Réalisation d’animations scolaires sur plusieurs communes de la zone d’étude avec des ateliers de dissection de pelotes de rejection pour comprendre le régime alimentaire des rapaces nocturnes et en apprendre plus sur leur mode de vie ;
  • Mise à disposition d’une exposition constituée de 15 panneaux sur les rapaces nocturnes d’Île-de-France (présentation des espèces, du projet pour la protection de la Chevêche d’Athéna et de l’importance de la Trame Verte et Bleue).

Avec le soutien financier de 

 

dernière mise à jour : 24 janvier 2024

Documents à télécharger

Protocole
PDF - 1 MB