Restauration des populations d’Effraie des clochers en Ardèche

Actualité

Effraie des clochers © LPO AuRA

L’Effraie des clochers est un rapace nocturne aussi appelée Chouette effraie ou Dame blanche. Son masque facial blanc a la forme d’un cœur. De taille moyenne et de couleurs claires et dorées, on ne peut la confondre avec aucun autre oiseau… Son régime alimentaire est principalement composé de petits rongeurs et de musaraignes, ce qui fait d’elle un véritable auxiliaire des cultures pour les agriculteurs.

Son aire de répartition est étendue avec pour limite les massifs montagneux où les températures sont trop basses et le manteau neigeux trop important durant l’hiver. Son habitat principal est constitué de grands milieux ouverts où elle peut aller chasser durant la nuit. Elle niche souvent dans d’anciens bâtiments comme les clochers d’églises, les vieilles granges… Si la ressource alimentaire est suffisante, et si aucun dérangement n’est causé, elle peut garder son aire de nidification toute sa vie !

Mais les menaces qui pèsent sur l’espèce sont nombreuses : la perte d’habitat et de lieux de nidification, le trafic routier, la modification du milieu, la prédation et les empoisonnements par les rodenticides font que les populations diminuent. Divers organismes (Groupes Effraie, Mission Rapaces…) se mettent en place pour agir en faveur de la conservation de l’Effraie. La LPO a donc elle aussi décidé de lancer un projet en ce sens, en 2014, afin de participer à son échelle à la préservation de l’Effraie en Ardèche.

En effet, malgré les mesures de protection réglementaires mises en place pour cette espèce, l’Effraie des clochers est en régression dans toute la France, principalement dans l’Est. Soutenue par le Conseil Général de l’Ardèche, l’association a défini plusieurs axes prioritaires du projet :

  1. Augmenter la disponibilité en sites de nidification, par le montage et la pose de nichoirs
  2. Acquérir de nouvelles connaissances sur l’espèce, grâce aux inventaires, à l’enquête auprès du grand public et aux analyses de répartition
  3. Sensibiliser et communiquer autour de ce projet (conférences, animations…)

Le déroulement du programme se fait depuis en continu selon les opportunités et les moyens trouvés.

Si vous observez l’espèce ou des traces de sa présence (pelotes de réjection…), veuillez l'enregistrer sur Faune-Ardèche avec toutes les informations dont vous disposez. Cette action, qui ne dépend que de vous, nous permettra de répondre en partie à l’axe 2.

Cet effort sera couplé par la réponse aux axes 1 et 3 : la nécessité d’augmenter la disponibilité en sites de reproduction tout en sensibilisant à la protection de cette espèce. Pour cela, l’équipe a donc décidé de s’engager à installer une cinquantaine de nichoirs dans les clochers d’églises et les bâtiments communaux d’Ardèche. Dans l’idée de sensibiliser le jeune public à la protection de la biodiversité, les dispositifs seront montés avec les classes de différentes écoles, et s’intégreront dans les programmes des professeurs, proposant ainsi une action concrète de conservation d’espèce aux élèves et permettant la diffusion du projet auprès du grand public. Les nichoirs seront ensuite installés par exemple dans les clochers de différentes églises ou dans de vieux bâtiments de village, avec l’accord et l’intérêt de communes désirant adhérer au projet.

Aujourd’hui encore, nous cherchons des personnes motivées pour prospecter les nichoirs posés dans le cadre de ce programme. Si vous êtes intéressés, envoyez un mail à Lucie Varinard, avec Florian Veau en copie. N’hésitez pas à vous inscrire également à la framaliste Rapaces nocturnes de plaine sur laquelle toutes les informations circulent…

 

Avec le soutien du Conseil Général de l’Ardèche