13 juillet 2012

Michel-TerrasseConférence donnée au Muséum National d'Histoire Naturelle le 6 Février 2012 par Michel Terrasse (LPO)Les Rapaces, ont été longtemps vénérés et admirés pour des raisons souvent liées à leurs relations étroites avec les religions ou la fauconnerie.

A partir du 18ème et surtout du 19ème siècle, ces oiseaux changeaient radicalement de position pour devenir, comme l'ensemble des prédateurs, des concurrents de l'homme, des animaux nuisibles, qu'il fallait détruire et éliminer par tous les moyens.

Une véritable croisade a suivi ce changement de statut et au milieu du 20ème siècle, la plupart des rapaces dans l'ensemble du monde développé étaient au bord de l'extinction.

 

Avec l'émergence de l'ornithologie moderne basée sur l'observation in natura et des recherches sur les régimes alimentaires et les comportements, les scientifiques du monde entier et les protecteurs réussissaient cet exploit de réhabiliter la prédation et plus particulièrement ces oiseaux de proie.

En quelques années leur protection légale était acquise (1964/1972 en France) et commençait une autre croisade pour changer les mentalités, inverser la tendance et protéger les survivants.

L'histoire de leur protection en France est donc assez récente (environ un demi-siècle) et s'est appuyée sur un effort continu pour d'abord éduquer puis convaincre et enfin réussir ce combat pour la sauvegarde d'une part importante de notre biodiversité.

Sur ce chemin difficile, la lutte contre les poisons de toute origine a été l'un des préalables indispensables et reste l'une des menaces majeures à prendre en compte.

Aujourd'hui, la protection des rapaces, bien qu'elle se soit fait remarquer par des succès remarquables, nécessite un effort soutenu de la part de la LPO et de sa Mission Rapaces et des nombreux passionnés de ces oiseaux particulièrement attachants et spectaculaires.

Partager