Vue aérienne du marais de voutronVue aérienne du marais de voutron

Un ancien marais salant

Le marais de Rochefort couvre 16 000 ha entre la Rochelle et Rochefort dans le département de la Charente maritime. A partir des années 1990, pour lutter contre la mise en culture et le drainage des prairies naturelles humides, la LPO a acquis  137 ha sur le marais de Voutron (commune d’Yves).

Ce marais est constitué majoritairement de prairies naturelles sub-saumâtres thermo-atlantiques. Autrefois utilisés comme marais salants (Xème siècle), il en a  gardé la microtopographie caractéristique : enchevêtrement complexe de bassins et de bosses de formes et de tailles très variables alternant avec des prairies planes.

Une gestion en faveur de la faune et de la flore

L'orchis des marais (orchis palustris)L'orchis des marais (Orchis palustris)Des aménagements hydrauliques et pastoraux ont été réalisés  en 1997 pour maitriser le pâturage et la gestion des niveaux d’eau qui sont les deux facteurs primordiaux pour la conservation de ces milieux et des espèces inféodées aux marais Ouest-Atlantiques.

Grâce à ces aménagements hydrauliques, une gestion des niveaux d'eau optimale pour la faune et la flore a pu être conduite sur  109 ha répartis en 7 unités hydrauliques.

De même, les infrastructures pastorales réalisées (passages, barrières traditionnelles, parcs de contention) ont permis aux éleveurs locaux d'y faire paître leur bétail de manière extensive et avec des modalités favorables à la faune et la flore des marais.

Une diversité et une richesse biologique exceptionnelle

Ces aménagements ont permis de développer sur ce site une forte diversité de milieux et donc une très forte richesse biologique : plus de 35 espèces floristiques patrimoniales y ont été recensées ; la Guifette noire, la Sarcelle d'été, le Canard souchet et le Chevalier gambette, la locustelle luscinioïde et le Busard des roseaux s'y reproduisent ; le Butor étoilé y hiverne, tandis que la cistude d’Europe,  la Loutre et le Vison d'Europe y sont très régulièrement observés.Sarcelle d'été (Spatula querquedula) - Crédit photo : J.L. Le MoigneSarcelle d'été (Spatula querquedula) - Crédit photo : J.L. Le Moigne

Ce site est classé en ZNIEFF de type 1 et se situe dans la Zone spéciale de conservation (ZSC n° FR5400421) au titre de la Directive « Habitats-Faune-Flore » (n°92/43/CEE du 21 mai 1992) ainsi que dans la Zone de protection spéciale (ZPS n° FR5410013) au titre de la directive Oiseaux (n°2009/147/CE du 30 novembre 2009). Il fait donc partie du site Natura 2000 « Marais de Rochefort ».

Un entretien indispensable

Cependant  20 années après leur réalisation, ces aménagements se sont dégradés et ne permettaient plus de réaliser une gestion optimale pour la faune et la flore :

  • Les passages entre parcelles (batardeaux) et les levées sont très dégradés du fait principalement des espèces exogènes envahissantes (ragondin, rat musqué et apparition de l’écrevisse de Louisiane) qui dans les berges, les érodent progressivement et finissent par y créer des passages d’eau.
  • les casiers hydrauliques ne sont plus étanches ; la gestion différenciée des niveaux d’eau y est impossible ;
  • les véhicules de transport de bétail et les tracteurs agricoles ne peuvent plus accéder aux parcelles ou passer d’une parcelle à l’autre du fait de l’étroitesse des levées ou des passages qui les rend très dangereux. Le maintien de l’activité pastoral devient problématique.
  • Pour pouvoir poursuivre la gestion écologique menée depuis 29 ans et conserver ainsi la valeur biologique exceptionnelle du site la restauration des infrastructures hydrauliques et pastorales était indispensable.

2 objectifs devaient être atteints :

  • restaurer les passages entre les parcelles et les levées d’accès aux parcelles
Passage érodé avant et aprés les travauxPassage érodé avant et aprés les travaux
  • restaurer les batardeaux et les berges assurant l’étanchéité des casiers hydrauliques
Levée avant et aprés les travauxLevée avant et aprés les travaux

22 jours de travaux intenses !

Les travaux ont été réalisés par l’entreprise GORICHON, du 2 au 24 septembre 2019 ; période où les niveaux d’eau sont les plus faibles et ou l’impact sur la faune et la flore est la plus réduite. 3 pelleteuses ont été nécessaires pour mener à bien ces travaux.

Pas moins de 32 passages/batardeaux ont été restaurés ; 3 passages ont été créés ; 10 secteurs de berges ont été restaurés ; 3 passages intra parcelles ont été recréés, une levée de 125 m a été restaurée. Au total  41 secteurs de travaux ont été réalisés sur les 137 ha du site  et pas moins de 800 pieux de châtaigniers ont été plantés dans l’argile des marais pour rendre ces restaurations durables. Tous ces travaux ont été réalisés sous la surveillance des salariés LPO gestionnaires du site pour réduire au maximum l’impact sur les milieux naturels.

Ces travaux ont été financés dans le cadre d’un contrat « Natura 2000 » élaboré avec le concours de la Communauté d’agglomération Rochefort Océan. L’Union Européenne, l’Etat, la région Nouvelle Aquitaine et l’Agence de l’Eau Adour Garonne ont financé ces travaux d’un montant total de 50 000 €.

Les 7 casiers hydrauliques et l’ensemble des 10 parcs de pâture sont désormais opérationnels. Les gestionnaires LPO du site, en relation avec les éleveurs locaux, vont pouvoir œuvrer de nouveau pour faire exprimer tout le potentiel écologique exceptionnel de ce site.

bandeaulogos

Partager