Bonne Anse - crédit photo : Amélie BouéBonne Anse - crédit photo : Amélie Boué

Suivis côtiers

Sur les 3 années du FAME (2010-2012), nombre d'informations précieuses ont été collectées grâce au réseau de "suivis côtiers", à la mobilisation des bénévoles et des structures locales de la façade Atlantique.

En savoir plus

Les oiseaux marins, indicateurs de la qualité des éco-systèmes

Les oiseaux marins ignorant les frontières, c'est en travaillant de manière transnationale que nous serons capables de préserver le futur de l'environnement marin atlantique.
Leur survie dépend des ressources marines, ils sont donc de précieux indicateurs de l'état de conservation de la biodiversité marine.
C'est à une échelle sans précédent (du Nord de l'Ecosse aux Baléares), que les 7 partenaires de FAME étudient plusieurs espèces d'oiseaux marins : fou de Bassan, puffin des Baléares, mouette tridactyle, cormoran huppé, puffin cendré, pingouin torda, océanite tempête, etc. L'objectif est de mieux évaluer leurs effectifs, leur distribution et d'identifier les facteurs déterminant leur survie.

Puffin des Baléares (Puffinus mauritanicus)

Classée « en danger critique d’extinction » par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN, 2010), cette espèce va être suivie par observations côtières durant sa migration le long de la façade atlantique française jusqu’en Manche, de juin à septembre. Des engins télémétriques fixés sur certains individus ont permis l’obtention de données plus précises, aussi bien sur les sites de reproduction que lors de la migration.

En savoir plus sur le Puffin des Baléares

Fou de Bassan (Morus bassanus)

Sur la réserve naturelle nationale de l’archipel des Sept-Îles (22), plus de 20 000 couples de fous de Bassan se reproduisent chaque année. En 2010, 35 individus ont été équipés de GPS afin de suivre leurs déplacements et de déterminer leurs zones d’alimentation et d’hivernage.

En savoir plus sur le Fou de Bassan

bandeau logos

                                                                                 « INVESTIR DANS NOTRE FUTUR COMMUN »

Partager