huitrierpie2 regisperdriatHuitrier Pie (Haematopus ostralegus) – Crédit photo : Regis Perdriat

La Directive Oiseaux

La Directive Oiseaux, dont la première version date du 2 avril 1979, est une législation européenne qui réglemente la protection, la gestion, la régulation et l'exploitation de toutes les espèces d’oiseaux sauvages présentes naturellement sur le territoire des Etats membres de l'Union Européenne.

Son Annexe I précise les espèces prioritaires, du fait de leur statut de conservation, rareté ou spécificité écologique, pour lesquelles les états membres doivent prendre des mesures spécifiques de protection.  

Son Annexe II indique les espèces d’oiseaux dont la chasse peut être autorisée dans les états membres à condition qu’elle ne porte pas atteinte à leur conservation. Les espèces listées dans la première partie de l’Annexe II peuvent être chassées dans tous les états membres de l'UE tandis que celles listées dans la deuxième partie ne peuvent l'être que dans les pays spécifiés. Selon sa législation nationale, chaque état membre peut toutefois choisir d’autoriser ou non sur son territoire la chasse des espèces listées en Annexe II. C’est pourquoi des différences considérables du nombre d’espèces chassées existent d’un Etat à l’autre.

Les espèces chassées en Europe

Selon les statuts de conservation des espèces et la volonté des états membres de l'UE de soustraire de la chasse les espèces en mauvais état de conservation, la majorité des pays ajuste leur législation nationale visant la liste des espèces chassables sur leur territoire, avec une moyenne européenne de 24 espèces d'oiseaux chassables. Au Danemark, seules 29 espèces d’oiseaux peuvent ainsi être chassées ; 13 en Belgique et seulement 3 aux Pays-Bas…

Qu’en est-il de la France ?

Avec 64 espèces d’oiseaux chassées, la France détient le record en Europe !  

Ce triste record européen s’expliquerait pour certains par une plus forte richesse de l'avifaune française : nous accueillons une plus grande diversité d'oiseaux, donc nous en chassons plus ? C’est faux ! Même si le nombre d’espèces chassées dans les pays de l’UE augmente avec le nombre d’espèces d’oiseaux régulièrement présents dans chaque Etats membres, la France fait bien exception et chasse deux fois plus d’espèces par rapport à sa richesse spécifique (18%) que dans l’UE (8%). Ainsi nos voisins espagnols qui hébergent un plus grand nombre d’espèces régulières que nous, ou l'Italie qui possède une richesse avifaunistique équivalente à celle de la France, ne chassent que 34 espèces.

Chasser des espèces en mauvais état de conservation ?

La France détient là également le record européen : nous chassons le plus grand nombre d’espèce en mauvais état de conservation dans l’UE ! En moyenne, les pays européens ne permettent la chasse que de 5 espèces en mauvais état de conservation. En France, nous chassons un total de 20 espèces menacées de disparition : 

  • 17 espèces migratrices dont il convient de prendre en compte le statut de conservation IUCN à l'échelle européenne (cf tableau ci-dessous)
  • 1 espèce sédentaire (Grand tétras) classée Vulnérable pour la sous espèce aquitanicus (Pyrénées)
  • 2 espèces sédentaires (Perdrix bartavelle et Lagopède alpin) dont le statut de conservation en Europe présage d’une évolution défavorable en France

capture decran 2020 06 07 16.09.38

*BirdLife International (2015) European Red List of Birds. pp. 67. European Commission, IUCN, SSC & BirdLife International, Luxembourg. http://datazone.birdlife.org/info/euroredlist 

Catégories d'espèces menacées de disparition : VU: Vulnérable; EN: En danger
Autres catégories : NT: quasi-menacée; LC: Préoccupation mineure ;

NB: La Barge à queue noire profite depuis 2013 d’un moratoire de suspension reconduit en 2020/2021. La chasse au Courlis cendré n'a pas été autorisée pour la période 2020-21. L'autorisation de chasser la Tourterelle des bois a été suspendue par le Conseil d'Etat pour la saison 2020-21 suite à un recours de la LPO. 

L’action de la LPO contre les abus de la chasse

L’idée populaire selon laquelle les chasses françaises seraient aujourd’hui nécessaires à l’équilibre des écosystèmes n’a pas de fondement scientifique. Elle relève de la nostalgie d’une ruralité fantasmée qui n’a jamais existé. Pire, aujourd’hui, telles qu’elles sont pratiquées, elles contribuent au déclin de la biodiversité par la destruction des espèces, le dérangement, la pollution... 

La LPO lutte depuis toujours contre les pratiques cynégétiques qui portent atteinte à la sauvegarde des espèces menacées et aux actions de conservation menées en France et en Europe, ainsi que la chasse dans un grand nombre d’espaces protégés comme des parcs naturels régionaux et nationaux.

La LPO combat, notamment sur le plan juridique, les nombreux excès de la chasse telle qu’elle est pratiquée en France : dérangements ou destruction d’espèces en mauvais état de conservation, régulation abusive d'espèces jugées indésirables, pollution par le plomb, lâchers de gibiers d’élevage, pratiques cruelles comme la vénerie sous terre ou non sélectives comme le piégeage à la glu, etc.

Pour la LPO, la fin des ces exactions et de la mauvaise gestion cynégétique en France constitue, comme pour une grande majorité de Français, un objectif incontournable.

Soutenez les actions de la LPO

Partager