Les deux directives « Habitats » et « Oiseaux » en cours d’évaluation comme l’ensemble des politiques européennes sont un modèle de développement durable. Non seulement elles ont fait leurs preuves pour maintenir et renforcer la biodiversité, mais elles permettent un développement économique et social compatibles.

Bourdon - Jean-Jacques Carlier / LPOBourdon - Jean-Jacques Carlier / LPO

C’est ce que confirment les échanges issus de la conférence de restitution sur l’évaluation des directives qui se tenaient à Bruxelles aujourd’hui.

Plus d’une centaine de parties prenantes étaient conviées ce jour à Bruxelles, dans le cadre de la conférence de restitution de l’étude des directives nature de l’Union européenne organisée par la Commission européenne. Des panels composés de représentants officiels des Etats membres, de représentants des industries, d’associations de protection environnementales dont la LPO et de députés européens ont ainsi rappelé la contribution majeure de ces deux textes en faveur de la biodiversité.

Dès lors, les réflexions et orientations présentées par les parties prenantes seront prochainement étudiées par la Commission européenne, en prévision du rapport final dont la publication est prévue au printemps 2016.

Pour rappel et depuis que le processus a commencé, les Européens ont témoigné un soutien sans précédent à la protection de la nature. Un nombre record de citoyens a pris part à la consultation publique sur ce sujet cet été. Ainsi, plus de 90% des 500 000 participants se sont prononcés en faveur des directives et ont demandé une meilleure application de ces textes.

Le mois dernier, les ministres de l’environnement de neuf pays de l’Union européenne, dont la France, ont signé une lettre à la Commission réclamant un maintien et une meilleure mise en œuvre de ces directives. Dans la même semaine, une autre lettre de soutien provenant des sept plus importants groupes politiques du Parlement européen a également été adressée à la commission européenne.

« Il est clair que les politiques sectorielles doivent mieux prendre en compte les directives « oiseaux » et « habitats » dans leur application, particulièrement en ce qui concerne la PAC » souligne Dominique Aribert, Directrice de la Conservation à la LPO France.

Informations complémentaires

Pour en savoir plus, consultez la synthèse de la conférence de restitution du 20/11/2015

Téléchargez le communiqué de presse

Contacts Presse

Carine Brémond
Attachée de presse LPO France
carine.bremond@lpo.fr
Tél : +33 (0)6 34 12 50 69

Partager