Depuis jeudi matin, suite à une attaque de loup sur un troupeau de brebis, des équipes constituées d'agents du parc national des Ecrins et d'éleveurs sillonnent le cœur de ce parc national en allumant des pétards de forte puissance pour tenter de repousser le loup en dehors du cœur permettant de l'abattre. Vers des cœurs de parcs nationaux moins protégés?

En France, le cœur des parcs nationaux constitue un des statuts les plus protecteurs pour notre patrimoine naturel. Depuis la réforme du statut de parc national de 2006, FNE a dénoncé un risque de fragilisation du niveau de protection, d'autant plus avec les coups régulièrement portés dans ces espaces normalement préservés[1].

« Vers des cœurs de parcs nationaux moins protégés ?  » - Crédit photo : Charles Metz« Vers des cœurs de parcs nationaux moins protégés ? » - Crédit photo : Charles Metz

Les démarches engagées par le parc national des Ecrins pour effaroucher les loups du cœur de ce parc constituent une nouvelle grave entorse à la préservation de ces espaces.

FNE, la LPO et la FRAPNA dénoncent des méthodes scandaleuses dans un espace réglementairement préservé d'autant plus que cette action risque de créer un précédent puisque la pression est aussi forte dans d'autres parcs nationaux comme le Mercantour ou les Cévennes, alors que le Plan Loup prévoit le maintien de la protection intégrale dans les réserves nationales et les cœurs de parcs nationaux. FNE et la FRAPNA étudient les pistes pour un recours contentieux.

FNE, la LPO et la FRAPNA juge aberrant qu'un parc national pousse une espèce protégée en dehors du périmètre de sa zone cœur. Le personnel du parc peut aider ponctuellement à tenir éloigné le loup d'un troupeau menacé. Mais au préalable, ce troupeau doit être protégé, c'est-à-dire bénéficier à la fois d'une présence humaine, de chiens de protection et d'un dispositif de regroupement nocturne. En cœur de parc, c'est aux éleveurs de s'adapter à sa réglementation, non l'inverse.

FNE, la LPO et la FRAPNA s'étonnent que le parc national des Écrins ait cédé face à la démagogie qui fait rage en moment concernant le loup que ce soit au niveau ministériel[2] ou bien au niveau parlementaire, alors que certains parlementaires ont fait montre de leur méconnaissance du sujet lors des récents débats concernant loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt[3].

FNE, la LPO et la FRAPNA demandent aux différentes parties de revenir à la raison et de mettre concrètement en place prioritairement toutes les mesures de prévention des attaques de troupeaux.

[1] http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/biodiversite/parcs-nationaux/ 

[2] http://www.fne.asso.fr/fr/loup-royale-desinvolture.html?cmp_id=33&news_id=13761

[3] http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2013-2014-extra/20141011.asp

Plus d'informations

Téléchargez le communiqué de presse

Contact presse

Carine Brémond
Attachée de presse
carine.bremond@lpo.fr
06 34 12 50 69

Partager