Afin d’adopter une feuille de route pour la future politique agricole commune (PAC) avant la fin de l'année 2017, la Commission européenne consulte le public jusqu’au 2 mai prochain. BirdLife, représenté en France par la LPO, lance la campagne publique « Living Land » qui permet aux citoyens de faire valoir les intérêts d’une agriculture durable respectueuse du climat, de la nature et des consommateurs européens eux-mêmes.

Crédit photo : Alexis Orseau / LPOCrédit photo : Alexis Orseau / LPO

Pour une PAC au service des européennes et des européens

La politique agricole commune (PAC) a trop longtemps favorisé les pratiques agro-industrielles et les circuits mondiaux de production et d’approvisionnement au détriment des intérêts des populations européennes et de la biodiversité. De toute évidence ce système agroalimentaire ne fonctionne pas : sa politique à courte vue saccage la faune sauvage, gaspille les ressources, participe au réchauffement climatique, au déboisement, à l’érosion des sols, ainsi qu’à la pollution des eaux. La santé publique est quant à elle menacée par l’usage des pesticides et les agriculteurs sont les premières victimes de ce système à bout de souffle.

Tous unis pour accompagner la nécessaire transition

Dès lors, les institutions européennes et les décideurs politiques nationaux doivent repenser le rôle et la direction des politiques agricoles en intégrant les exigences de santé publique. Elles doivent entre autres assurer des systèmes de production agricole qui respectent le bien-être animal, favorisent la biodiversité et réduisent radicalement les émissions de gaz à effet de serre. Il est notamment urgent de limiter l’importation de nourriture et d’aliments pour bétail qui causent la déforestation.

Living Land, pour que la terre revive

La LPO appelle le grand public à se mobiliser en faveur d’une nouvelle politique agricole respectueuse de la nature et des Hommes. Pour répondre à la consultation publique lancée par la Commission européenne, elle invite les citoyens à remplir le formulaire de la consultation publique en s’inspirant des éléments de réponse disponibles en .doc ou en .odt.

« Quarante ans après la première loi de protection de la nature, nous pouvons nous enorgueillir d’avoir réussi à préserver une partie des espaces naturels et espèces les plus emblématiques. Pourtant, dans le même temps, des pans entiers de notre patrimoine naturel le plus commun, celui de nos campagnes, s’effondraient tel un mur en pierres sèches sous les coups de boutoirs d’une agriculture industrialisée. Les espèces les plus communes déclinent. Les sols, supports de la vie, sont épuisés. Les insectes disparaissent, et avec eux les pollinisateurs. Le grand enjeu écologique des années à venir est celui de la transformation de l’agriculture ». Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO.

Plus d'informations

Téléchargez le communiqué de presse

Contact

Carine Carbon
Chargée de la communication
carine.carbon@lpo.fr
06 34 12 50 69

Partager