Une attitude inacceptable du représentant de l'Etat

Le préfet de Haute-Savoie a déclaré le 29 septembre qu'il allait « déposer auprès du CNPN un dossier en deux volets : un volet abattage total et un volet réintroduction du bouquetin sur le massif du Bargy, sur une base assainie ».

Bouquetin (Capra ibex) - Crédit photo : Félix BazinetBouquetin (Capra ibex) - Crédit photo : Félix Bazinet

Dans son interview sur France Bleu lundi dernier, il a indiqué que « l'avis du CNPN est consultatif », ce qui est vrai, et qu'il lirait ses recommandations puis prendrait ses responsabilités, si cet avis était négatif. Il a ensuite précisé « si les recommandations sont négatives, cela veut dire viser une réintroduction du bouquetin après un vide sanitaire et préalablement un abattage total ».

Nous contestons avec la plus grande fermeté tout à la fois cette chronique d'une mort annoncée, de la part d'un représentant de l'Etat, et le fait qu'il explique avant examen qu'il ne tiendra pas compte de l'avis du CNPN s'il ne va pas dans son sens, masquant aussi qu'il ne tient pas compte non plus dans ses décisions des avis de l'ANSES, du Groupe National Bouquetin, du Conseil Scientifique de l'ONCFS ainsi que du Syndicat majoritaire des professionnels de l'environnement.

Cette attitude tout à fait méprisante du préfet de Haute-Savoie est une injure aux démarches de concertation, aux groupes d'experts et à la participation démocratique dans nos instances.

Et que penser de la volte-face du préfet, qui avait demandé très officiellement à la ministre de l'Ecologie, le 3 septembre dernier, la préservation des jeunes bouquetins sains, et qui le 29 septembre, déclare qu'il n'y a pas d'autre solution que de tous les abattre ?

Se pose alors la question de savoir si cette annonce est propre à Monsieur le Préfet de Haute-Savoie, ou s'il s'agit de l'avis très politique de la ministre de l'Ecologie, qui n'a pas réagi à cette déclaration scandaleuse.

La solution du préfet n'est pas la bonne

Les experts épidémiologistes affirment que l'application des méthodes de l'élevage domestique à la faune sauvage est une erreur et ne fonctionnera pas.

Nous prenons très au sérieux la brucellose et nous partageons nous aussi l'objectif que l'on en vienne à bout. Mais pas au prix d'une éradication des animaux sains du Bargy.

Nos propositions peuvent être entendues, à notre avis, par toutes les parties prenantes soucieuses de préserver un équilibre naturel dans nos montagnes, à savoir :

  • Préserver les bouquetins sains, en les identifiant grâce au test de dépistage in situ dont la fiabilité a été démontrée à 100%
  • Tester sur les animaux préservés le vaccin employé actuellement sur le cheptel domestique et vérifier qu'il peut être efficace dans le cas des bouquetins.

Gardons en vie les animaux sains, enrayons la brucellose, et préservons une montagne où cohabitent le pastoralisme et les bouquetins.

Plus d'informations

Téléchargez le communiqué de presse

Lettre du préfet de la Haute-Savoie à la ministre de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie

Communiqué de presse du SNE-FSU

Courrier du SNE-FSU envoyé à la Ministre de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie

Avis du comité permanent du CNPN

Contacts presse

Jean-Pierre Crouzat - FRAPNA & LPO - 06 11 24 04 21

Pierre Athanaze - ASPAS - 06 08 18 54 55

Partager