Du 27 au 29 septembre, le 1er colloque international organisé par la LPO, le Muséum d'Orléans et l'ONF, a atteint pleinement ses objectifs : permettre une meilleure connaissance d'une espèce emblématique au bord de l'extinction, valoriser les efforts entrepris et définir l'urgence d'un nouveau plan national d'actions (PNA). Retour sur les temps forts de ce colloque.

Renforcement du réseau européen

Crédit photo : PanoCrédit photo : PanoC'était une première d'ampleur. Outre les acteurs français, les représentants éminents issus de 10 pays étaient réunis pour l'occasion: Roy Dennis (Ecosse), Pertti Saurola (Finlande), Daniel Schmidt (Allemagne), Miguel Ferrer (Espagne), Nibani Houssine (Maroc), Tim MackRill (Angleterre), Andrea Sforzi et Flavio Monti (Italie), Denis Landenbergue et Wendy Strahm (Suisse), Luis Palma (Portugal), Rafaël Triay (Espagne).

De nouvelles pistes de collaborations et de synergies en faveur du balbuzard pêcheur ont été ébauchées : l'Aquitaine, le pays basque espagnol, la Franche Comté et la Suisse ont décidé de se rapprocher sur la question de la réintroduction du balbuzard tandis que l'Angleterre, la France et l'Afrique envisagent dores et déjà un programme international de sensibilisation des scolaires et de suivi des oiseaux par balises et radio tracking.

Le Balbuzard pêcheur, un ambassadeur de l'espoir

Crédit photo : PanoCrédit photo : PanoAujourd'hui, 18 couples ont élu domicile en forêt domaniale d'Orléans tandis qu'une quarantaine de nids sont répartis dans 6 régions de France*. Pour les spécialistes, même si le balbuzard pêcheur se porte bien, il reste cependant sensible et demeure parmi les 3 rapaces les plus rares pour la France continentale. Avec le plan d'actions qui s'est achevé l'an dernier, un certain nombre d'acteurs français ont largement contribué à la réussite de la sauvegarde de cette espèce. « Alors que la biodiversité affiche un déclin alarmant, il est heureux de constater que la détermination et la compétence permettent parfois de favoriser la résilience d'une espèce. Le balbuzard pêcheur est, à ce titre, un "ambassadeur de l'espoir". C'est la démonstration que, quand on fait un effort, la nature reprend ses droits. » a confié Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO.

Signature convention-cadre de partenariat LPO/ RTE

En ouverture du colloque, la LPO et RTE ont signé leur première convention-cadre de partenariat, en présence de M.Allain Bougrain Dubourg et M. Hervé Laffaye, membre du Directoire de RTE et Directeur Général adjoint chargé des opérations. Si l'action 2013 de cette convention porte sur le soutien au colloque Balbuzard pêcheur, elle rappelle également les actions communes engagées depuis plusieurs années autour de la préservation de l'avifaune, un des premiers enjeux de protection de la biodiversité pris en compte par RTE.

Des pylônes électriques transformés en nids artificiels

Depuis 2009, RTE s'est engagé envers la protection du balbuzard pêcheur. Six plates-formes artificielles sécurisées sur les lignes à haute tension ont été installées sur des pylônes en région Ouest (en Sologne et en Anjou), favorisant l'installation durable des couples de Balbuzards en retour de migration. Dominant le paysage, les balbuzards trouvent un certain confort à venir nicher naturellement sur ce support solide, sans dérangement. Après l'installation du premier couple en 2009, on estime à 15% la population nicheuse de France continentale. A ce jour 15 jeunes balbuzards pêcheurs ont pu prendre leur envol depuis ces nids.

Même si nous sommes dans une renaissance, la situation reste fragile. Il faut sensibiliser au respect et poursuivre les actions d'accompagnement. Ce 1er colloque est à ce titre exemplaire. Il a proposé une vision complète de la mobilisation actuelle en France et en Europe et la réussite des actions menées ces dernières années. Gageons que l'état français tiendra pleinement compte des conclusions de ce colloque pour définir la stratégie de sauvegarde du balbuzard pêcheur.

* En chiffres :

6 : le nombre de régions en France où les balbuzards ont réélu domicile : la région Centre (où on a recensé 36 couples soit la plus grosse colonie), la Corse (28 couples reproducteurs). D'autres couples ont également élu domicile en Essonne depuis 2005, en Lorraine depuis 2011, dans le Maine-et-Loire et la Nièvre depuis 2012.
10.000 : c'est le nombre de couples de balbuzards qui sont recensés aujourd'hui en Europe.

Contacts :

Carine Brémond / Attachée de presse
carine.bremond@lpo.fr
06 34 12 50 69

Yvan Tariel / LPO Mission rapaces
yvan.tariel@lpo.fr
01 53 58 58 33

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le dossier de presse

 

Partager