L'échange d'amabilités entre Jacques Chirac et François Hollande, en Corrèze, a généré des interrogations de la part des observateurs : humour ou acte manqué ?

Chasseur - Crédit : FotoliaCe doute me ramène au 13 décembre 2010. Ce jour-là, suite à la proposition de Nelly Olin, ancienne ministre de l'environnement du gouvernement Villepin, nous rencontrons le Président à sa fondation. Au cours de la conversation, nous abordons le dossier chasse. Le Président se montre alors brusquement, disons vindicatif.

N'ayant pas souhaité prendre de notes lors de cet entretien, c'est de mémoire que je rapporte ses propos :

« Ceux-là, ils finissent par m'agacer. Comment peut-on tuer une bête sans défense ? Lors d'un accident de chasse quand l'un a tiré sur l'autre, je me dis que ça en fait un de moins ».

Nelly Olin tempère alors immédiatement le Président : « Monsieur le Président, vous ne pouvez pas dire une chose pareille ! ».

Et le Président d'enchaîner : « Non seulement je le dis mais je le répète et vous pouvez le dire à qui vous voulez ! ».

Le Président faisait-il de l'humour ou révélait-il un acte manqué ? L'actualité du moment m'amène à me poser la question.

Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Partager