Le gel et la neige, qui se sont abattus soudainement et durablement sur la France, menacent la survie des oiseaux. L'hiver est la saison la plus meurtrière pour nos amis ailés qui résistent moins bien au froid en raison du manque de nourriture et d'accès à l'eau.

Chardonneret_et_Serins_sur_mangeoire_en_hiver_Fabrice_Cahez_LPOGros-becs, tarins et verdiers sur mangeoire en hiver. Fabrice Cahez LPO.Vous pouvez leur venir en aide en installant des mangeoires et des abreuvoirs dans votre jardin ou sur votre balcon.
De son côté, la LPO et son réseau d'associations locales demandent au Ministère de l'Ecologie et aux préfets de départements, seuls responsables des mesures de suspension de la chasse en cas de vague de froid, le déclenchement immédiat des protocoles national et départementaux  « Gel prolongé ». 

L'activation de ces protocoles permet d'alimenter les autorités en données (comportement des espèces, concentration, départ d'oiseaux...) et facilite la prise de décisions rapides en matière de suspension de la chasse, comme le prévoit la réglementation.  Il appartient alors aux préfets de prendre des arrêtés dans leur département suspendant la chasse par période de 10 jours maximum et renouvelable. Ces mesures concernent aussi bien les départements affectés par le froid que les zones refuges où se concentre un grand nombre d'oiseaux.

Même si la chasse aux oiseaux d'eau est fermée depuis le 31 janvier pour la majorité des espèces, le froid violent actuel affecte sensiblement les oiseaux terrestres (grives, pigeons  et bécasse des bois) qui restent chassables jusqu'au 10 ou 20 février, selon les départements. L'accès aux ressources étant devenu difficile ou impossible, les oiseaux s'épuisent rapidement,  limitent leurs déplacements (distance de fuite réduite) et sont, de fait, plus vulnérables.

Sinon, comment aider individuellement les oiseaux à survivre ?
Vous pouvez installer des mangeoires hors d'atteinte des prédateurs. Vous y placerez des aliments riches en lipides qui leur permettront de reconstituer leurs réserves indispensables pour résister aux longues et froides nuits d'hiver. La nourriture doit être maintenue à l'abri de l'humidité et des intempéries, et les mangeoires régulièrement nettoyées afin d'éviter la propagation des maladies. Ce soutien ne doit durer que pendant l'hiver (de fin novembre à mi-mars) et plus particulièrement durant la vague de froid. Il ne devra pas se prolonger au-delà, sous peine de rendre les oiseaux dépendants.

Il faut également fournir un abreuvoir. Vous veillerez à renouveler l'eau deux fois par jour et à la maintenir libre de glace en ajoutant simplement et uniquement de l'eau tiède.

Venir en aide aux oiseaux en hiver vous permettra de participer, à nos côtés, à la sauvegarde du vivant, en admirant le ballet de ces acrobates ailés dans votre jardin ou sur votre balcon.


Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO



Document

Communiqué de presse en PDF

Contacts :
Anne-Laure Dugué, Responsable de Programme Oiseaux en détresse
05 46 82 12 34 / anne-laure.dugue@lpo.fr
Colette Carichiopulo, Mission juridique
05 46 82 12 34 / colette.carichiopulo@lpo.fr
Nicolas Macaire, Animateur du programme Refuges LPO
05 46 82 12 34 / nicolas.macaire@lpo.fr

Partager