Mercredi 6 février, le Parlement européen a voté la proposition de réforme de la politique commune de la pêche (PCP) de l'UE pour mettre un terme à la surpêche pratiquée depuis les années 80.

Mains de pêcheur - Crédit photo : Chantal S.Crédit photo : Chantal S.Cette politique, en fixant des objectifs ambitieux, à court terme, pour la reconstitution des stocks de poissons, est un vote historique dont se félicite OCEAN2012 (une coalition qui réunit 178 organisations de toute l'Europe dont la LPO). Retour sur les décisions annoncées.

En vertu du Traité de Lisbonne, le Parlement européen a pour la première fois la possibilité d’exercer un rôle de colégislateur sur la politique commune de la pêche. Les députés européens ont donc la possibilité historique d'orienter la gestion de la pêche de façon à obtenir des bénéfices durables pour les citoyens, les communautés de pêcheurs et l'environnement marin.

Mercredi 6 février et malgré l’opposition du Conseil des ministres des pêches, le Parlement s'est donc prononcé pour une stricte évaluation de la capacité des stocks et sur la conditionnalité des aides accordés aux pêcheurs par rapport au strict respect des règles de la PCP.

Ce vote indique clairement aux ministres de la Pêche de l'UE que, lors des discussions qui vont s’ouvrir prochainement, ils devront envisager de mettre un terme à la surpêche de l'UE plus rapidement qu'ils ne l'auraient souhaité.

Au delà des objectifs de reconstitution des stocks se profilent également de nouvelles pratiques et une nouvelle gouvernance qui vont dans le sens de la durabilité. En effet, les députés ont également adopté le principe d'un soutien, sous la forme d'un accès préférentiel à la ressource, aux pêcheurs qui mettent en œuvre les pratiques les plus durables en termes environnementaux et sociaux.

Si le processus va bien dans le sens des demandes des ONG, il reste toutefois des points pour lesquels de nombreux progrès sont attendus. En effet, encore récemment, des dizaines de dauphins et marsouins ont été retrouvés échoués sur les côtes landaises, portant des indices clairs de blessures en lien avec des engins de pêche. Il est donc indispensable de prendre en compte dans les futures discussions une réduction des interactions entre les engins de pêche et le milieu marin (habitats et espèces).

OCEAN2012, et donc la LPO, attendent désormais des ministres de la Pêche de l'UE qu'ils fassent preuve de souplesse et de réalisme pour le bien des stocks de poissons et des communautés qui dépendent de la pêche lors de leur prochaine réunion fin février et lors des discussions tripartites finales avec le Parlement européen et la Commission sur la future PCP.

Document

Télécharger le Communiqué de Presse en PDF (81,3 Ko)

Contacts

LPO : Patrick LADIESSE attaché de presse  06 34 12 50 69
OCEAN2012 : Mike WALKER, +32 476 622 575.

Documents multimédias :

Partager