La LPO se réjouit, mais émet tout de même quelques réserves sur le fait que la Commission Européenne du 29 avril 2012 ait interdit partiellement l'usage de trois néonicotinoïdes : Le Thiaméthoxame, la Clothianidine et l'imidaclopride.

 champ Sylvain Hunaultcrédit photo : Sylvain HunaultLa LPO tient néanmoins à exprimer des réserves vis-à-vis de cette interdiction.

  • Cette interdiction n'est pas étendue aux céréales à paille. Or, notamment pour l'imidaclopride, ces substances sont suffisamment rémanentes dans les sols pour que les plantes cultivées non traitées et les adventices les assimilent au printemps suivant. Pollen et nectar peuvent donc être ainsi contaminés et présenter des risques pour les pollinisateurs. De même, la faune aquatique invertébrée peut elle aussi subir cette contamination par lessivage des sols et ruissellement.

  • Deux autres substances (voir tableau), Acétamipride et Thiaclopride, autorisées en France, et deux autres interdites, Dinotéfurane et Nitempyrane peuvent, potentiellement, à la demande des firmes, voir leur champ d'action étendu et donc remplacer les substances interdites. L'interdiction d'aujourd'hui serait dès lors sans lendemain. La logique scientifique voudrait tout au contraire que l'interdiction concerne la famille entière des néonicotinoïdes et non certaines des molécules seulement.

  • Le Fipronil, un phényle Pyrazole, qui présente les mêmes inconvénients, n'est pas interdit.

La LPO tient également à souligner combien cette interdiction tardive signe la faillite du système d'Evaluation des Risques depuis soixante ans. Le sésame de l'Autorisation de Mise sur le Marché, sensé garantir l'absence de risques sanitaires et « d'une influence inacceptable sur l'environnement » (Directive 91/414), conduit à découvrir les inconvénients de ces substances, non au laboratoire, mais au champ grandeur nature comme en témoigne le combat de Rachel Carson dans les années 50-60.

La LPO, tient en conséquence à lancer un appel solennel aux différentes Agences (ANSES en France EFSA pour l'UE) pour qu'elles mettent en œuvre sans tarder l'ensemble des recommandations d'évaluations des risques faites dans le cadre de la révision du règlement européen CE 1107-2009 à la demande de la Commission Européenne et réalisée par 20 chercheurs composant le panel de la Commission Scientifique sur la révision de l'évaluation des Produits de Protection des Plantes (PPPs) sous l'autorité de l'EFSA.

Dans ce cadre, la LPO recommande de ne plus limiter l'évaluation des risques aux Tests Standards « inaptes pour évaluer les effets à long-terme des pesticides », selon ce panel, mais au contraire, d'une part, d'étudier les effets sur les organismes des expositions sublétales par intermittence aux faibles doses au fil du temps, d'autre part, d'étudier la cinétique de la substance toxique aux récepteurs concernés des organismes contaminés. C'est-à-dire, en définitive, de sortir des postulats de « l'innocuité des faibles doses » ou de « seuil d'innocuité » contredits par les réalités du terrain depuis 60 ans.
                                     

                                                                                                                                            Allain Bougrain Dubourg                                                                                                                                        Président de la LPO France

 

                                                                         Néonicotinoïdes

SUBSTANCE ACTIVE FABRICANTS PRODUIT SEMENCES (S) et ASPERSIONS
Acétamipride Bayer
DuPont
BASF
Chipco
Assail
Pristine
Fruitiers, légumes
Clothianidine Bayer Poncho maïs  Maïs, pommier, sorgo
Sol
Dinotéfurane Mitsui Chemicals  Diotefuran  Interdit en France
 Imidaclopride  Bayer  Gaucho
 Confidor
 Céréales (S)
 Arboriculture (S), betterave (S),
 Sol, déchets, ordures, véhicules
 Nitenpyrane  Jiangsu Sword
 Agrochemicals
 Nitenpyram  Interdit en France
 Thiaclopride  Bayer  Proteus  Fruitiers, Fleurs, crucifères
 Thiaméthoxame  Syngenta  Cruiser
Actara
Cruiser OSR
 Maïs (S)
Crucifères (S), betteraves (S), légumes, fleurs,
Colza (S)

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF ( 259Ko)

 

 

Partager