Objectif zéro phyto, en ville comme en campagne - Crédit photo : Alexis OrseauObjectif zéro phyto, en ville comme en campagne - Crédit photo : Alexis Orseau

Le plan Écophyto 2018 est en France l'une des mesures proposées par le Grenelle de l’environnement fin 2007 et reprise par le PNSE 2 (second Plan national santé environnement) en 2009.

Ce plan, confié par le président de la République au ministre de l’Agriculture et de la Pêche, vise à réduire et sécuriser l’utilisation des produits phytosanitaires (y compris pour des usages non agricoles). L'un de ses objectifs est de diviser par deux en 10ans (à partir de 2008), si possible, l'usage de pesticides avant 2018 (formulation ambiguë car ne précisant pas s'il s'agit de tonnage, de matière active, des produits les plus utilisés ou les moins utilisés ou les plus toxiques, etc.).

Pourtant, au niveau national, le plan n’a pas atteint les résultats escomptés, puisque l’on constate une légère augmentation de 5% du recours à ces produits entre la période 2009-2010-2011 et la période 2011-2012-2013.

En 2015, le plan Ecophyto II a donc été élaboré :

L’objectif de réduction de 50% du recours aux produits phytopharmaceutiques en France en dix ans est réaffirmé, avec une trajectoire en deux temps. D’abord, à l’horizon 2020, une réduction de 25% est visée, par la généralisation et l’optimisation des techniques actuellement disponibles. Ensuite, une réduction de 50% à l’horizon 2025.

Le plan Ecophyto II se décline en six axes qui visent à:

  1. Faire évoluer les pratiques et les systèmes ;
  2. Amplifier les efforts de recherche, développement et innovation ;
  3. Réduire les risques et les impacts des produits phytopharmaceutiques sur la santé humaine et sur l’environnement ;
  4. Supprimer l’utilisation de produits phytopharmaceutiques partout où cela est possible dans les jardins, les espaces végétalisés et les infrastructures ;
  5. Encourager, en favorisant une mobilisation des acteurs, la déclinaison territoriale du plan en cohérence avec les contraintes et potentialités locales, renforcer l’appropriation du plan par les acteurs du territoire et des filières et veiller à la cohérence des politiques publiques ;
  6. S’appuyer sur une communication dynamique et des approches participatives, pour instaurer un débat citoyen constructif quant à la problématique des produits phytopharmaceutiques, et instaurer une gouvernance simplifiée.

Plus d'informations

En savoir plus sur le plan Ecophyto II

Pour en savoir plus sur l’impact des pesticides sur la biodiversité

Partager