30 ans, jour pour jour, après la marée noire de l’Amoco Cadiz, une pollution souille l’estuaire de la Loire… et des oiseaux mazoutés s’échouent jusqu’en Charente-Maritime.

Des analyses ont révélés que le polluant provient de l’accident survenu dans l’Estuaire de la Loire à la raffinerie de Total à Donges…

Pollution de Donges - Crédit photo : Gilles BentzPollution de Donges - Crédit photo : Gilles BentzDimanche 16 mars 2008, une fuite de canalisation provoque un déversement estimé à 680 tonnes de fioul de soute (IFO 380) au cours du chargement d’un navire à la raffinerie de Donges.

Dès les premiers jours, parmi les oiseaux observés, 60 % des canards tadornes étaient touchés ; de même 30 % des bécasseaux variables, 40 % des avocettes, 10 % des pluviers argentés … pourtant et très curieusement seule une sarcelle à été récupérée vivante (relâchée depuis) et aucun oiseau mort !? n’a été retrouvé…

Dimanche 30 mars, du fioul* est arrivé par galettes de 20 ou 50 cm sur les plages de l’Ile d’Oléron et de l’Ile de ré. Très rapidement, des oiseaux mazoutés sont signalés et collectés par le centre de soins du marais aux oiseaux à Dolus d’Oléron et par l’équipe de la réserve naturelle de Lilleau des Niges aux Portes en Ré.

Lundi 31 mars, des galettes d'hydrocarbure, de 5 à 10 centimètres sont trouvées, éparses, sur le littoral du sud Vendée, de Talmont-Saint-Hilaire à L'Aiguillon-sur-Mer, à Jard-sur-Mer et quelques oiseaux mazoutés sont récupérés par la LPO et envoyés à l’Ecole Vétérinaire de Nantes.

La Charente-Maritime ne disposant toujours pas de centre de soins équipé pour laver et réhabiliter en piscine des oiseaux marins et afin d’éviter aux oiseaux de longs trajets, la préfecture de la Charente-Maritime et la LPO ont décidé d’installer l’Unité Mobile de Soins LPO Wildpeace sur le site de la maison du Fier d’Ars (Ile de Ré). Les oiseaux récupérés ont pu ainsi être directement réhydratés et nourris avant d’être transférés sur l’Ecole Vétérinaire de Nantes et le centre de soins LPO de l’Ile Grande pour y être lavés et mis en piscine.

Ce sont ainsi, une quarantaine d’oiseaux vivants et plus de 210 oiseaux morts qui ont été collectés. Les espèces touchées sont principalement des fous de Bassan mais également des guillemots de Troïl et des pingouins torda. A la fin du mois de mai, tous les oiseaux sont relâchés (plus de 60 % des oiseaux récupérés vivants ont retrouvés le large).

Infos internet :

30 ans après la marée noire de l’Amoco Cadiz, une pollution souille notre littoral…

Dimanche 16 mars 2008, une fuite de canalisation provoque un déversement estimé à 400 tonnes de fioul de soute (IFO 380) au cours du chargement d’un navire à la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique). Aussitôt, un arrêté préfectoral interdit la pêche maritime professionnelle et de loisir ainsi que les activités de cultures marines et la commercialisation des produits aquacoles.
Le Cedre est mobilisé et envoyé sur site afin d'effectuer des reconnaissances de la pollution et de préconiser des techniques de nettoyage appropriées.
Des opérations de récupération en mer et dans l’estuaire sont organisées, plusieurs barrages antipollution sont mis en place.

Dès les premiers jours, parmi les oiseaux observés, 60 % des canards tadornes étaient touchés ; de même 30 % des bécasseaux variables, 40 % des avocettes, 10 % des pluviers argentés …
La préfecture réunit un groupe d'experts pour conseiller sur les opérations de lutte et mettre en place un suivi scientifique. Le groupe rassemble l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), le GIP Loire-Estuaire, Bretagne Vivante, la Ligue de Protection des oiseaux (LPO 44), l'Ifremer, le Conservatoire Botanique de Brest, Bio-Littoral (diagnostics environnementaux des rivières et estuaires), l'Ecole Vétérinaire de Nantes, la DDASS, la DDE, la DIREN, les Affaires Maritimes et le Cedre.

Dimanche 30 mars, du fioul est arrivé par galettes de 20 ou 50 cm sur les plages de l’Ile d’Oléron et de l’Ile de ré. Très rapidement, des oiseaux mazoutés sont signalés et collectés par le centre de soins du marais aux oiseaux à Dolus d’Oléron et par l’équipe de la réserve naturelle de Lilleau des Niges aux Portes en Ré.

Lundi 31 mars, des galettes d'hydrocarbure, de 5 à 10 centimètres sont trouvées, éparses, sur le littoral du sud Vendée, de Talmont-Saint-Hilaire à L'Aiguillon-sur-Mer, à Jard-sur-Mer et quelques oiseaux mazoutés sont récupérés et envoyés à l’Ecole Vétérinaire de Nantes.

La Charente-Maritime ne disposant toujours pas de centre de soins équipé pour laver et réhabiliter en piscine des oiseaux marins et afin d’éviter aux oiseaux de longs trajets, la préfecture de la Charente-Maritime et la LPO ont décidé d’installer l’Unité Mobile de Soins LPO Wildpeace sur le site de la maison du Fier d’Ars, sur l’Ile de Ré.
Les oiseaux récupérés ont pu ainsi être directement réhydratés et nourris avant d’être transférés sur l’Ecole Vétérinaire de Nantes et le centre de soins LPO de l’Ile Grande pour y être lavés et mis en piscine.

Ce sont ainsi, une quarantaine d’oiseaux vivants et plus de 200 oiseaux morts qui ont été collectés. Les espèces touchées sont principalement des fous de Bassan mais également des guillemots de Troïl et des pingouins torda.
Des analyses ont révélé que le polluant provient de l’accident survenu dans l’Estuaire de la Loire à la raffinerie de Total à Donges…

Lien vers le cedre : http://www.cedre.fr//fr/accident/donges/index.php

Après huit ans de procédure, la Cour d’Appel de Rennes a rendu le 9 décembre 2016 un arrêt

Partager