« Si l’évaluation à mi-parcours était une symphonie, alors l’atelier de travail régional serait le dernier mouvement, l’acmé du processus », déclara Pierre Carret, Directeur de Subventions du Fonds de Partenariat pour les Ecosystèmes Critiques (CEPF), au début de l’atelier régional au Monténégro en mai 2015.

Crédit photo : O. LangrandCrédit photo : O. Langrand

Le CEPF se trouve à mi-parcours de l’investissement de 10 millions de dollars sur cinq ans pour la conservation de la biodiversité dans le Hotspot du Bassin Méditerranéen.

Jusqu'à présent, 7,9 millions de dollars US ont été investis à travers 89 subventions, accordées à 69 organisations de la société civile (OSC), dans la région qui comprend l’Afrique du Nord, le Moyen Orient, les Balkans et le Cap-Vert.

Le CEPF est bien plus qu’un simple pourvoyeur de fonds ; sa structure – qui comprend une équipe régionale de mise en œuvre (RIT) –soutient la croissance de la société civile, fournit aux organisations l’accès aux réseaux et évalue constamment l’efficacité de son investissement pour qu’à l’avenir, la biodiversité soit soutenue de la meilleure des façons.

« Afin d’évaluer le programme à ce jour, le RIT a entrepris une évaluation à mi-parcours pour laquelle nous avons recueilli des commentaires de plus de 200 parties prenantes dans la région Méditerranéenne » déclara Liz Smith, directrice du RIT basée à BirdLife International.

« La symphonie a commencé en ce début d’année » renchéri Pierre. « Le premier mouvement a été une série de réunions nationales, durant lesquelles nous avons reçu des idées et des commentaires formidables. Le second mouvement a été un sondage en ligne (plus de 100 participants) qui explora la façon d’améliorer notre efficacité et notre capacité à servir la société civile ».

« A présent, suite au dernier mouvement, le meeting régional, nous essayons de mettre à profit et de proposer des suggestions concrètes pour accroitre l’utilité et l’impact du CEPF dans la conservation de la nature en Méditerranée ».

Le CEPF a confié à BirdLife International la responsabilité de diriger le RIT qui, en partenariat avec la LPO (BirdLife en France) et DOPPS (BirdLife en Slovénie), soutient les OSC dans la conception, la mise en œuvre et la réplication d’activités de conservation fructueuses.

L’évaluation à mi-parcours a collecté des informations destinées à évaluer le financement fourni par le CEPF, identifier des nouveaux domaines de soutien et comprendre les divers défis à relever. Elle fut composée de 11 évaluations nationales qui identifièrent les obstacles rencontrés par les OSC lors de la mise en œuvre des projets de conservation. De plus, un sondage a rassemblé des informations de diverses parties prenantes dans le but d’évaluer l’efficacité du mécanisme de subventions du CEPF afin d’identifier les domaines à améliorer. Enfin, une réunion régionale organisée au Monténégro a permis de vérifier les évaluations à ce jour et d’examiner les futures priorités de financement.

Les résultats du processus d’évaluation ont mis en lumière le besoin d’adapter les programmes de financement afin de prendre en compte les différents niveaux de capacités dans la diverse communauté de la société civile.

Des idées concrètes et des suggestions ont été partagées pour que les OSC et le CEPF s’appuient dessus. Des retours ont surligné le manque de plateformes régionales pour satisfaire la volonté accablante des organisations de collaborer et partager leurs expériences.

Plusieurs organisations ont exprimé leur satisfaction concernant le soutien reçu de la part du CEPF, qui leur a permis de faire entendre leur voix et de développer leurs capacités de base pour la mise en œuvre de projets.

Le rapport des évaluations nationales et les résultats du sondage des parties prenantes peuvent être téléchargés à travers les liens ci-dessous (en anglais). Le rapport complet de l’évaluation à mi-parcours du CEPF du Bassin Méditerranéen sera disponible bientôt :

Cet exercice a validé l’efficacité du mécanisme de subventions du CEPF et a mis en valeur les impacts positifs liés aux premières années d’investissement. Ce processus a permis de tirer plusieurs enseignements qui vont guider le RIT du CEPF et optimiser le soutien fourni aux bénéficiaires des subventions présents et futurs.

Le RIT du CEPF voudrait remercier toutes les personnes concernées pour leurs précieux soutien et contributions.

« Nous nous sommes lancés dans une aventure ambitieuse avec le CEPF », déclara Olivier Langrand, Directeur Exécutif du CEPF. « Et nous souhaitons promouvoir une vision à long terme. Nous voulons construire la résilience de la société civile dans laquelle nous avons investi ».

« Ce que vous accomplissez à l’échelle du hotspot est important pour les communautés locales, pour les personnes vivant dans les zones urbaines ; c’est précieux pour l’importance de la biodiversité à l’échelle mondiale » déclara Olivier aux participants.

Si cet article vous a plu, inscrivez-vous à la lettre d’information du programme CEPF MED en cliquant ici et suivez-nous sur les médias sociaux :

Facebook : https://www.facebook.com/CEPF.MED

Twitter : https://twitter.com/CEPFmed et https://twitter.com/CommunityCEPF

Partager