Initialement centré sur les anatidés et la foulque, le bilan des comptages Wetlands 2017 s’étend désormais aux limicoles.

Chevalier Guignette (Actitis hypoleucos) – Crédit photo : Patrick BeaurainChevalier Guignette (Actitis hypoleucos) – Crédit photo : Patrick Beaurain

Le bilan 2017 des comptages Wetlands est désormais disponible !

Désormais élargi à de nouvelles espèces, ce bilan global fait état des tendances de leurs effectifs ainsi que de leur répartition sur le territoire en période hivernale. Il est d’avantage détaillé pour les anatidés, foulques et limicoles, à travers des monographies illustrées et commentées pour chaque espèce, que pour les plongeons, grèbes, ardéidés, threskiornithidaes et les espèces rares ou allochtones, pour lesquels seuls les chiffres bruts et les tendances sont exposés.  

Une étude détaillée des données par espèces d’anatidés, foulques et limicoles, permet de présenter les effectifs de 2011 à 2017 ; le top 10 des sites qui contiennent les plus gros effectifs ; la courbe des tendances des populations et la carte de distribution hivernale. Ces données compilées permettent également de dresser la liste des sites classés d’importance internationale selon les critères 5 et 6 de Ramsar.

L’importance et les variations des populations d’oiseaux d’eau présentée en annexe permettent au gestionnaire ou au coordinateur de comparer leurs données avec les données nationales et les données de la voie de migration.

Pour en savoir plus consultez la synthèse Wetlands

Plongeons, Grèbes et Grands échassiers : quelles tendances, quelle répartition entre 1993 et 2017 ?  

Les limicoles et les anatidés sont recensés chaque hiver à la mi-janvier dans le cadre du Wetlands International. Leurs populations et leur dynamique sont désormais bien connues. Il n’en est pas de même pour les plongeons, les grèbes et les grands échassiers (hérons, aigrettes, spatules, flamants, cigognes) dont la difficulté de comptage est importante en raison de leur forte dispersion sur le territoire, y compris en dehors des sites Wetlands.

Sur les 18 espèces recensées, cinq sont en forte augmentation : le Plongeon catmarin, la Grande Aigrette, la Cigogne blanche, la Spatule blanche et la Grue cendrée. Huit sont en augmentation modérée, la plupart étant des grands échassiers. Deux autre espèces sont concernés : le Plongeon imbrin et le Grèbe castagneux. Enfin deux espèces sont stables : les Grèbes esclavon et huppé, et trois espèces sont en déclin modéré : le Plongeon arctique, le Grèbe jougris et le Grèbe à cou noir.

Le bilan complet fera l’objet d’un article publié courant 2018 dans le magazine Ornithos.

Partager