Un évènement en faveur des oiseaux co-organisé par la Société d’Etudes Ornithologiques de La Réunion, partenaire de la LPO en Outre-mer.

Relâcher d'un jeune Pétrel de barau (Pterodroma baraui) - Crédit photo : Serge Garnier Relâcher d'un jeune Pétrel de barau (Pterodroma baraui) - Crédit photo : Serge Garnier

Des oiseaux marins menacés par l’éclairage public

A la fin de la période de reproduction et lorsqu’ils sont prêts, les jeunes pétrels et puffins de l’année quittent leurs terriers situés dans les hauts sommets de La Réunion pour rejoindre la mer. Ils utilisent alors les reflets de la lune et des étoiles sur l’océan pour s’orienter. Mais l’éclairage public de l’île les conduit dans la mauvaise direction. Résultat, des centaines de jeunes s’échouent dans les zones urbaines et industrielles. Parmi les 4 espèces touchées par ce phénomène, le Pétrel de Barau et le Pétrel noir de Bourbon sont endémiques de l’île et sont menacés d’extinction.

Les Nuits sans lumière fêtent leurs 10 ans

Face à ce constat, le Parc national de La Réunion (PNRun) et la Société d’Etudes Ornithologiques de La Réunion (SEOR) décident d’agir. En 2009, ils créent les Nuits sans lumière. L’idée ? Réduire l’éclairage pendant la période d’envol des jeunes qui dure trois mois afin de limiter les cas d’échouage et ainsi participer à la sauvegarde de ces espèces.

Cette année les Nuits sans lumière, qui fêtent leurs 10 ans, se sont déroulées durant 25 nuits en avril. Sur les 24 communes de l’île, 17 se sont engagées à éteindre leurs éclairages pendant cette période d’échouage massif !

Un programme aux multiples atouts

Outre le fait de participer à la sauvegarde de ces espèces, les Nuits sans lumière permettent de réduire la facture d’électricité et de participer à la réduction du réchauffement climatique ; d’améliorer la santé de l’homme en assurant un sommeil naturel ; d’observer les étoiles et afin, de protéger les tortues marines qui évitent les plages éclairées pour pondre.

Le centre de soins de la SEOR

En cas d’échouage, la SEOR fédère et coordonne depuis 1997 un réseau de sauvetage sur l’ensemble de l’île pour prendre en charge ces oiseaux recueillis par la population. Transférés vers le centre de sauvegarde de l’association, ils bénéficient des soins nécessaires avant d’être relâchés en bord de mer. En 2019, 457 jeunes pétrels désorientés et échoués ont été recueillis au sein du centre durant les trois mois d’envol. 85% d’entre eux ont pu être soignés et relâchés. Depuis la création de la SEOR, plus 34 000 oiseaux marins ont ainsi été pris en charge.

La SEOR au sein du Réseau Outre-mer

Lancé en avril 2018 et animé par la LPO, le réseau rassemble 5 associations de protection de la nature situées en Outre-mer : la SEOR et aussi le GEPOG, le GEPOMAY, le Carouge, Amazona et la LPO en métropole. L’objectif ? Encourager les échanges entre ces structures afin d’améliorer la connaissance et la protection de la biodiversité ultramarine. De tels échanges ont notamment déjà permis la réalisation d’un compagnonnage entre la responsable du centre de soins de la SEOR et le centre de soins LPO d’Audenge, spécialisé dans le soin des oiseaux marins.

Plus d’info sur http://www.nuitssanslumiere.re/ ou sur www.seor.fr

Partager