Natureparif organise chaque année l’élection de la capitale française de la biodiversité. Rennes a été choisie parmi 72 collectivités candidates dans le cadre du concours ouvert aux villes et intercommunalités françaises, dont le thème central était cette année « Sols & biodiversité ».

Quartier de la Courrouze à Rennes (35) - Crédit : -pieton- / FlickrQuartier de la Courrouze à Rennes (35) - Crédit : -pieton- / Flickr

Une action de longue date

Depuis les années 70, face à l'augmentation constante du patrimoine végétal, la ville de Rennes a pris conscience de l'inadéquation des techniques de gestion appliquées et du risque qu'elles pouvaient représenter pour la survie des espaces nouvellement créés. Un lourd travail a été entrepris consistant à substituer aux pratiques uniformes en vigueur, des pratiques adaptées aux spécificités de chaque site. La Direction des Jardins a dû revoir son organisation et sa façon de travailler pour les 400 ha en gestion à cette période. Rennes a ainsi mis en place, dès 1981, la « gestion différenciée des espaces verts » au travers d'un « code qualité » assurant une progression fine d'un code à l'autre afin de ne pas heurter les sensibilités par des évolutions visuelles trop brutales, pour lesquelles les habitants et les jardiniers n'avaient pas été préparées. Les parcs et jardins de la ville ont ainsi été classés tout d'abord en neuf catégories simplifiées au fil du temps à cinq catégories : du parc très maîtrisé au jardin sauvage. C’est dans cette dynamique positive que la ville de Rennes a su anticiper l’avenir et proposer ainsi des actions innovantes, reconnues au niveau national.

Le quartier de la Courrouze

Synonyme de cet engagement, et au regard du thème 2016 « Sols et biodiversité » du concours de Natureparif, le quartier de la Courrouze fait preuve d’exemplarité. Ce quartier a été aménagé sur une ancienne friche militaire avec le choix de préserver au maximum les sols, la végétation présente, ainsi que le fonctionnement hydrologique du site.

Pour ce réaménagement, la ville s’est donné deux objectifs principaux :

  • Assurer des liaisons transversales et reconstituer la couture du tissu urbain : recréer un maillage de circulation, créer une liaison paysagère forte, assurer la bonne desserte des transports en commun.
  • Réaliser une opération exemplaire alliant mixité urbaine et innovation : accueillir de l’habitat, des activités et des équipements de proximité associés, développer et diversifier l’offre de bureaux de services, afin de maintenir et renforcer le dynamisme économique de l’agglomération, s’inscrire dans le développement durable.

En 2011, cette opération a été labellisée « Ecoquartier », par le Ministère du Logement et de l’Habitat Durable, dans la catégorie « Nature en ville ».

Par ces distinctions, la ville de Rennes voit ainsi reconnue, son action de longue date en faveur de la gestion écologique de ses espaces verts et de ses espaces publics, tout comme son travail de protection des espaces naturels et de prise en compte de la trame verte, bleue et noire dans ses documents d’urbanisme et de planification. La ville de Rennes est engagée avec la LPO, à travers la mise en Refuge LPO de deux parcs urbains : parc de Sibiu et parc de la Tauvrais.

Plus d’informations

www.aitf.fr/actualites/capitale-francaise-biodiversite-bilan-2016

www.urbanisme-bati-biodiversite.fr/presentation/actualites/article/rennes-capitale-francaise-de-la-biodiversite

www.capitale-biodiversite.fr

www.ecoquartiers.logement.gouv.fr

Partager