Les jeunes anguilles, espèce pourtant protégée, faisaient l’objet d’un trafic international.

civelle rnnmo lpo 1Alevins d'anguilles (civelles) - Crédit photo : LPO

Trafic de civelles ou « l’or blanc »

Le commerce des civelles est régi par la Convention de Washington qui restreint la commercialisation de cette espèce à l’Union Européenne dans des quantités limitées et déclarées. Depuis des décennies, un commerce illégal s’est mis en place pour exfiltrer cet « or blanc » sur le marché asiatique, où le kilo de civelles se revend « entre 1 000 et 2 000€ », contre « 350 à 400€ » en Europe.

Les neuf prévenus âgés de 24 à 67 ans ont été condamnés jeudi 7 février 2019 par le tribunal correctionnel de Nantes pour avoir participé trois ans plus tôt, à un trafic vers les pays asiatiques de jeunes anguilles.

Neuf condamnations et de lourdes amendes

Les neufs trafiquants, dont des pêcheurs, ont été condamnés à des peines s’échelonnant d’un à deux ans de prison ferme ou avec sursis, assorties d’amendes individuelles allant de 5 000 à 30 000€. La justice a saisi leur patrimoine mobilier et leurs comptes bancaires, estimés à environ 650 000€.

Le préjudice écologique a été estimé à 230 000€ et alloué à 12 associations dont la Fédération des pêcheurs et des Associations de Protection de la Nature. La LPO obtient la somme de 60 000€.

Les 9 trafiquants ont fait appel de ce jugement.

Les civelles font l’objet d’un plan d’action au niveau national depuis 2009 et au niveau européen depuis 2007 visant à assurer le maintien de l’espèce et ce trafic illégal porte gravement atteinte aux ambitions du programme. La LPO espère que le juge en appel prendra toute la mesure de cette affaire dans la sauvegarde de cette espèce.

A suivre…

Partager