Les informations collectées serviront à sauver l’espèce de l’extinction.

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur), Titan - Crédit photo : RSPBTourterelle des bois (Streptopelia turtur), Titan - Crédit photo : RSPB

Une Tourterelle des bois a été équipée d’une petite balise satellite en août dernier avant son départ en migration permettant de suivre l’oiseau en temps réel tout au long de son périple. C’est la première fois au Royaume-Uni qu’il est possible de suivre une Tourterelle des bois rejoignant ses quartiers d’hiver. Celle-ci est partie de Suffolk (Royaume-Unis) et a atteint le Mali après environ 1 mois, soit une distance de 5 600 kms parcourue.

titan complete journey rspbBaptisé Titan, l’oiseau a surmonté plusieurs obstacles : il est passé par le Golfe de Cadix, les montagnes de l’Atlas et le désert du Sahara en voyageant essentiellement de nuit par tranches de 500 à 700 km à une vitesse maximale de 60 km/h. Outre ses zones d’hivernage, nous connaissons à présent sa trajectoire, les lieux et la durée des haltes migratoires. Des informations primordiales pour établir des actions de conservation de l’espèce, de gestion des sites de passage afin de comprendre les raisons du déclin et inverser la tendance, aussi bien au niveau local qu’à l’international : depuis 1970, l’espèce a vu ses populations chuter de 96%.

Pour anecdote, durant son trajet de retour qui a duré 2 semaines, Titan a séjourné en France en mai avant de retourner en Angleterre pour l’été, peut-être s’y reproduira-t-elle !

Et pour la France ?

L’ONCFS CNERA avifaune migratrice, basé à Chizé (79) travaille depuis 2001 sur la Tourterelle des bois.

L'arrivée sur le marché en 2007 de nouvelles balises Argos solaires d'un poids de seulement 5g permet d'envisager le déploiement de ce matériel sur des oiseaux de taille plus modeste, dont la Tourterelle des bois. Il est désormais possible de suivre leur spectaculaire migration entre l'Europe et l'Afrique sub-saharienne. Au cours du printemps 2013, 3 tourterelles adultes ont été capturées par l’ONCFS dans le Sud-Ouest de la France (Région Poitou-Charentes, Département des Deux-Sèvres), dans la forêt de Chizé, et équipées de balise Argos.

Voir les trajets migratoires de ces oiseaux.

Parmi ces oiseaux, Marcel a été capturé le 31 mai 2013 et son parcours a été suivi jusqu’au 21 avril 2014. Il a quitté son site de reproduction le 8 septembre et atteint son site d'hivernage fin septembre.

Il a hiverné sur une zone assez réduite, de quelques kilomètres de large, au Mali, tout d'abord d'octobre à novembre à la frontière entre le Sénégal, le Mali et la Mauritanie, puis de décembre à fin avril 500 km plus au sud-ouest, au Sud de Bamako, sur les berges du fleuve Niger.

Le 23 Avril 2014, « Marcel » a soudainement quitté cette zone et a parcouru en moins de 48 heures plus de 1 000 km, en suivant un axe plein Nord en plein milieu du Sahara.

Après avoir passé au moins 24 heures en plein désert, il a atteint le Maroc le 25 Avril, puis fait une halte migratoire jusqu'au 4 Mai au Nord de l'Atlas, dans la région de Béni Mellal, dans un secteur de cultures irriguées. Le 6 Mai, il avait rejoint le continent européen et se situait en Andalousie non loin de la ville d'Osuna. Il n'y passait que peu de temps puisque que le 8 Mai à 20h00 (GMT) il repartait en direction de la France. Le 11 Mai 2014 à 01h51, il se trouvait en France, près d'Angoulême, toujours en mouvement. Il atteignait sa destination finale, la forêt de Chizé (Deux-Sèvres) la même nuit vers 05h00, pour revenir au final sur le site même où il avait été capturé en Mai 2013. Que ce soit en automne ou lors de la migration de printemps, « Marcel » a essentiellement migré la nuit.

Trajet complet de « Marcel »

Plus d’informations

Consultez le site de l'opération au Royaume-Uni

Partager