Un important travail de synthèse vient d’être publié par le Collectif Renard Grand Est dont la LPO est membre. Il démontre que tuer des renards ne sert à rien et surtout qu’il n’est pas un coupable désigné, qui occasionne des dégâts !

Renard roux (Vulpes vulpes) – Crédit photo : Fabrice CahezRenard roux (Vulpes vulpes) – Crédit photo : Fabrice Cahez

S’appuyant sur plus de 60 études scientifiques, cette synthèse fournit quelques éléments importants qui tendent clairement à démontrer que non seulement le Renard roux est loin d’être le coupable désigné, mais qu’en plus, l’acharnement dont il fait l’objet est un non-sens écologique et totalement contre-productif.

Classé parmi les « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ex-nuisibles), le renard peut être détruit par tous les moyens (piégeage et tir) tout au long de l’année, dans tous les départements de France !

Selon la dernière enquête nationale de l’ONCFS portant sur les tableaux de chasse de la saison 2013-2014 pas moins de 430 000 renards sont tués au fusil et environ 100 000 sont tués par piégeage chaque année en France.

Or le renard est un animal utile à la collectivité et au monde agricole de par son rôle de limitation des rongeurs qui peuvent, en trop grand nombre, ravager les cultures. Étant un consommateur de micro-mammifères il serait également un rempart naturel contre la maladie de Lyme, il aurait donc un rôle à jouer dans cette affaire de santé publique. En complétant son régime alimentaire notamment par des fruits et des baies, il a également pour rôle de disséminer les graines dans la nature. Enfin, il est avant tout un être vivant intelligent et sensible, parfaitement apte à ressentir la souffrance.

La LPO se joint au Collectif Renard Grand Est pour interpeller l’État et les préfets, qui autorisent piégeage, déterrage et tirs des renards tout au long de l’année, de jour comme de nuit. Ils ne peuvent plus maintenant ignorer les travaux scientifiques et doivent rapidement s’interroger sur les conséquences de cet acharnement et cesser de prendre des décisions basées uniquement sur des éléments dogmatiques et d’un autre âge qui ne génèrent que souffrance animale, déséquilibre naturel et favorisent la transmission de maladies à l’homme.

Tuer des renards ne sert à rien !

Consultez la synthèse dans son ensemble

One Voice, également membre du collectif, lance une pétition à l’attention de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire lui demandant de retirer le renard de la liste des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts » (ex-nuisibles). Nous vous invitons à la signer et à la partager au plus grand nombre.

Partager