Mercredi 16 décembre, les Ministres de l’Environnement de l’Union Européenne ont lancé un appel unanime à défendre la nature : ils demandent que les zones protégées soient davantage financées et s’opposent à la révision des directives Oiseaux et Habitats.

Faucon crécerellette (Falco naumanni) - Crédit photo : Aurélien AudevardFaucon crécerellette (Falco naumanni) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Pendant le Conseil des ministres de l’environnement qui s’est tenu hier à Bruxelles, un message fort a été envoyé à la Commission européenne par les ministres de l’environnement : la meilleure façon d’atteindre les objectifs à l’horizon 2020 en faveur de la biodiversité est de maintenir les directives Oiseaux et Habitats, et même d’en améliorer leur application.

Un message très attendu par les défenseurs de l’environnement à l’heure où les deux directives « Habitats » et « Oiseaux » sont en cours d’évaluation.

En octobre, l’examen à mi-parcours de la stratégie de la biodiversité de l’UE a révélé que la plupart des objectifs pour la biodiversité ne seraient pas atteints si un effort beaucoup plus important n’était pas engagé dans les cinq prochaines années.

Le réseau Natura 2000 des sites protégés, établi et géré à travers les Directives Oiseaux et Habitats est analysée comme étant un outil vital pour la restauration et la protection des écosystèmes. Cependant le financement actuellement disponible pour son fonctionnement représente seulement 10-20% du budget total nécessaire.

Lors du Conseil hier, les ministres ont souligné que la pleine application des directives Oiseaux et Habitats est essentielle pour atteindre les objectifs de la Stratégie ! Ils ont également reconnu la responsabilité de l’Agriculture dans la perte de la biodiversité, dont la réforme de la PAC.

La LPO se réjouit des conclusions portées par le Conseil de l’environnement hier qui donne un mandat très clair à la Commission européenne : ne plus perdre de temps et de l’énergie à une réouverture destructive des directives Oiseaux et Habitat, mais se concentrer sur ce qui importe vraiment, c'est-à-dire leur mise en œuvre et leur application correcte.

Il est temps de s’attaquer aux questions de financement en faveur de la conservation des sites protégés et de trouver des solutions aux impacts négatifs de l’agriculture actuellement soutenue par l’actuelle PAC.

Ces conclusions font suite au courrier des neuf ministres de l’environnement adressé au Vice-Président Timmermans et au Commissaire Vella demandant que les directives Oiseaux et Habitats soient préservées. D’autres Etats membres* ont ensuite également rédigé une lettre de soutien équivalente, venant des députés européens représentants les sept plus grands partis politiques du Parlement. Un nombre record de personnes ont également pris part à la consultation publique réalisée sur cette question dans l'été. L'écrasante majorité soutenait la campagne «La nature en Alerte » pour protéger les directives.

Le Fitness Check, le processus de la Commission européenne sur les directives Oiseaux et Habitats devrait être achevé au début de l'année prochaine, avec une décision politique dans un rapport attendu en avril 2016.

*La Grèce et Belgique ont écrit séparément à la Commission suite au courrier des 9 ministres, et la semaine dernière les Pays-Bas et la Lituanie ont écrit avec le même positionnement.

Plus d'informations

En savoir plus sur la réunion du Conseil de l’Environnement de l’UE

En savoir plus sur la Stratégie de biodiversité de l’UE à l’horizon de 2020

Les informations détaillées sur la campagne Nature Alerte

Partager