161 organisations, représentant des pêcheurs artisans côtiers et continentaux, des ONG environnementales et de développement soutiennent la réforme de la Politique Commune de la pêche (PCP) tout en demandant des garanties durables au parlement européen.

ChalutierChalutier ® CIRCE – www.circe.infoDans un document commun, les organisations, dont la LPO, souhaitent donner une assise durable à la pêche européeenne en éliminant les méthodes de pêche néfastes permettant ainsi de garantir la reconstitution des stocks, la promotion des bonnes pratiques, l'accès aux ressources de pêche sur la base de critères sociaux et environnementaux et la répartition équitables des bénéfices issus de ces activités.

Une partie non négligeable de la flotte européenne est constituée de petits bateaux et a un impact faible sur l'écosystème par l'utilisation de méthodes de pêche saisonnières. De plus ce segment artisanal est à l'original de nombreux emplois indirects et constitue un tissu social, économique et culturel contribuant à la stabilité politique, sociale et économique de nombreux pays européens.

Cependant la Commission a largement négligé dans son "paquet" de réformes les aspects qualitatifs de cette pêche artisanale à petite échelle au profit de méthode de pêche industrielle favorisant les entreprises les plus puissantes.

Les projections de la Commission européenne montrent que l’emploi dans le secteur de la capture va décliner de 60% durant les 10 prochaines années. Le secteur artisanal, qui emploie environ 65% de la main-d’œuvre dans la pêche, subira les pertes les plus lourdes.

C'est pourquoi les Membres du Parlement européen, les Etats membres de l'UE ainsi que la Commissaire aux Affaires Maritimes et à la pêche sont appellés à inverser la tendance :

  • En accordant un accès prioritaire aux ressources de pêche à ceux qui pêchent de la manière la plus environnementale et  socialement durable. Des  critères de durabilité devraient  établir un classement prioritaire de l’accès aux ressources en faveur de ceux qui ont l’impact le plus minime  sur  l’environnement marin, peuvent démontrer leur conformité, et opèrent dans les communautés locales en contribuant à celles-ci ;
  • En révoquant la nature obligatoire du système des Concessions de Pêche Transférables (CPT), et en fournissant une variété d’outils à sélectionner et à adapter pour permettre l’allocation de l’accès aux possibilités de pêche sur base de critères de durabilité ;
  • En incluant des délais fermes pour le développement et l’adoption de plans pluriannuels qui mettent en pratique les mesures appropriées à travers de véritables processus de cogestion participative, de bas en haut, par le biais de comités de cogestion, et en prenant dûment en considération le développement durable tout en assurant l’implication et la collaboration de tous les segments du secteur et de toutes les parties prenantes ;
  • En  établissant  et  en mettant  en œuvre  des  conditions  et  protocoles  clairs  afin  d’éviter  les conflits  entre  différents  utilisateurs ciblant des stocks  partagés  ou  des  fonds  de  pêche communs.

Vous aussi, sensibilisez le Ministre français de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, Bruno Le Maire en lui faisant parvenir un courrier de soutien à une réforme de la pêche ambitieuse. Utilisez le document à télécharger ici et à envoyer au ministre.

Partager