Nos associations présentent 19 propositions à mettre en place d’urgence pour atteindre les objectifs fixés pour 2020.

Crédit photo : LPOCrédit photo : LPO

La LPO était présente aux côtés des 14 associations et fondations qui se sont réunies à Paris lors d’une conférence de presse mardi 19 septembre pour interpeller le gouvernement. Le but : fédérer et coordonner les actions en faveur de la biodiversité pour faire face aux défis environnementaux que nous traversons.

En 2017, nous sommes encore bien loin des objectifs d’Aichi fixés pour 2020. Il ne nous reste donc que trois ans. Trois ans pour adopter enfin les mesures nécessaires à une protection effective de la biodiversité. Nos associations présentent 19 propositions urgentes et nous ré-évaluerons chaque année les avancées du gouvernement français pour chacune d’elle. Ces propositions se déclinent en 7 thèmes :

  1. Politiques nationales et régionales
  2. Réforme de la gouvernance
  3. Conservation des espèces
  4. Protection des milieux
  5. Climat et énergie
  6. Agriculture et alimentation
  7. Renforcement des moyens

Nous ne pouvons pas ignorer plus longtemps le changement global et l’écroulement sans précédent des espèces, nous ne pouvons pas perdre plus de temps alors que nous connaissons les actions à mener. La France doit attribuer sans plus tarder les moyens humains et financiers à la protection de son patrimoine naturel : ses forêts, ses rivières, ses lacs, ses côtes, ses îles, ses sols, et bien sûr le cortège merveilleux des animaux qui y vivent. Animaux dont, comme le rappelle Allain Bougrain Dubourg, la condition d’être sensible peine encore à être reconnue. « Le faisan par exemple, propose François Moutou, élevé dans une cage est considéré comme un être sensible. Ouvrez seulement la cage et aussitôt l’oiseau sorti, est devenu du gibier, un objet dont on oublie la capacité à souffrir. ».

Encore un long chemin à parcourir donc, et ce dès maintenant.

Étaient présents lors de la conférence de presse : France Nature Environnement, la Société Française pour le Droit de l’Environnement, la Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères, humanité et biodiversité, SURFRIDER, WWF, l’ASPAS, la Fondation pour la Nature et pour l’Homme, l’Office pour les Insectes et leur Environnement, la Société Nationale de Protection de la Nature, la Société Herpétologique de France, l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne et la FERUS.

 Plus d'informations

Consultez les 19 propositions des associations et fondations en détail et leur évaluation

Partager