Depuis le 1er janvier 2018, près de 15 000 animaux sauvages blessés ont été soignés par les équipes de la LPO.

Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) - Crédit photo : Gilles BentzBalbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) - Crédit photo : Gilles Bentz

Une hausse du nombre d’animaux recueillis

La LPO a fait des secours apportés à la faune en détresse une de ses missions principales. En 2018, les sept Centres de sauvegarde LPO ont soigné 11 820 oiseaux, 2 500 mammifères, 60 reptiles et 120 amphibiens. Soit près de 8% d’animaux en plus que l’an passé, sans qu’aucun évènement exceptionnel de type canicule ou forte pollution n’ait été déploré.

Attention aux jeunes

Malgré nos efforts pour lutter contre leur ramassage systématique, nous constatons avec regret que plus du tiers des animaux recueillis sont des jeunes. Or plus de 43% d’entre eux n’étaient pas blessés et auraient pu rester auprès de leurs parents.

Pour rappel, la découverte d’un jeune animal seul dans un jardin ne signifie pas qu’il soit obligatoirement en danger. Ses parents se trouvent en général à proximité même si on ne les voit pas. Avant toute intervention et afin d’agir au mieux, nous vous invitons à consulter nos pages spécifiques et notre fiche médiation sur le ramassage des jeunes

Nous pouvons inverser la tendance

Grâce à de simples mesures de prévention, chacun a la possibilité d’agir pour limiter les principales causes de blessures: les collisions avec les vitres ou les pylônes (9,5% des cas reçus), la prédation (11,5%), les chocs avec des véhicules (4%), la chasse et la détention illégale d’oiseaux (2,9%).

Nos Centres de sauvegarde LPO atteignent malheureusement leur capacité maximale et recherchent des fonds pour faire face aux besoins croissants. Offrez une seconde chance à la nature, faites un don au profit de nos « hôpitaux » pour la faune sauvage. Participez ainsi à notre combat contre la souffrance animale et pour la réintroduction d’animaux sauvages dans leur milieu naturel !

Partager