Un collectif de 26 ONG européennes*, dont la LPO, a appelé aujourd’hui la Commission Européenne à poursuivre en justice 15 gouvernements** de l’UE pour manquement à leur devoir de protection des dauphins et marsouins. Les dauphins (Delphinus delphis) meurent notamment piégés par les filets de pêche dans l’Atlantique Nord-Est, dans le golfe de Gascogne. Les marsouins (Phocoena phocoena) sont victimes d'autres techniques de pêche en Manche et Mer du Nord.

Dauphin échoué sur une plage (Tursiops truncatus) - Crédit photo : Re Nature EnvironnementDauphin échoué sur une plage (Tursiops truncatus) - Crédit photo : Ré Nature Environnement

Soumis à la législation européenne, les pays concernés de l’UE ont l’obligation d’assurer la protection rigoureuse des cétacés afin que les activités de pêche n’aient pas d’impact significatif sur leurs populations. Actuellement, ils sont tous défaillants.

Notre groupe demande également des mesures de protection d’urgence pour stopper la mortalité liée aux captures accidentelles de la pêche, pratique la plus meurtrière pour les cétacés. Pris dans un filet, ils ne peuvent plus remonter à la surface et se noient dans d’atroces souffrances. Les mesures de prévention actuelles destinées à modifier cette situation inacceptable ne donnent aucun résultat tangible. Toutes les actions actuelles sont encore inefficaces.

Depuis le 1er janvier 2019, ce sont plus de 1230 mammifères marins dont 90 % de dauphins communs qui se sont échoués sur les côtes françaises, à 85% victimes collatérales de la pêche. Et ce chiffre ne représente que la partie émergée de l’iceberg, la majorité de cadavres n’étant jamais retrouvés. Ainsi ce sont environ 6000 mammifères marins qui ont été tués dans le Golfe de Gascogne (80% des animaux coulent alors que 20% viennent s'échouer sur nos littoraux).La viabilité de la population des dauphins communs est clairement menacée. La situation du Marsouin commun, en voie de disparition, est particulièrement critique. Tuer une seule femelle fertile peut aujourd’hui avoir un impact dévastateur sur la viabilité de l’espèce.

Pour stopper l’hécatombe, il faut prendre des mesures urgentes et notamment que les pêcheurs acceptent les observateurs embarqués sur les différents types de pêcheries, mais aussi qu'ils respectent l'obligation de déclaration de capture des mammifères marins comme cela est en vigueur depuis le 1er janvier 2019.

 

* Les associations signataires sont les suivantes : Seas at Risk, Whale and Dolphin Conservation, ClientEarth, Coalition Clean Baltic, Coastwatch Europe, Danish Society for Nature Conservation, Ecologistas en Accion, The Fisheries Secretariat, Fundació ENT, France Nature Environnement, Humane Society International, International Foundation for Animal Welfare, Irish Wildlife Trust, Irish Whale and Dolphin Group, Ligue pour la Protection des Oiseaux, Marine Conservation Society, Natuurpunt, Oceana, OceanCare, Our Fish, Sciaena, Sea Shepherd France, Sustainable Water Network SWAN, Swedish Society for Nature Conservation, Wildlife and Countryside Link Bycatch sub-group, WWF.

**France, Danemark, Belgique, Espagne, Finlande, Estonie, Allemagne, Irlande, Pays-Bas, Portugal, Pologne, Suède, Royaume-Uni, Lettonie et Lituanie.

Partager