En l'honneur de la Journée Internationale de la femme, nous avons invité Awatef Abiadh à partager ses impressions après avoir effectué des entretiens avec ces femmes motivées et courageuses qui gèrent des projets de conservation dans les pays méditerranéen en développement.

Awatef Abiadh - Crédit photo : Louis Marie PréauAwatef Abiadh - Crédit photo : Louis Marie Préau

Awatef ABIADH est responsable de programme pour l'Afrique du Nord, du Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques, le CEPF, dans le hotspot de biodiversité du bassin méditerranéen.

Bien que les femmes constituent l’épine dorsale des sociétés des pays en développement, leur rôle dans la conservation de la biodiversité reste modeste dans les pays méditerranéens d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et des Balkans. Les femmes sont évidemment impliquées, mais prennent rarement la place d'un leader. Ici, pour réussir dans la conservation, une femme doit souvent se battre pour démontrer qu'elle mérite la confiance, ce que je ne connais que trop bien moi-même, ayant grandi dans une région rurale en Tunisie où le genre est restrictif. Je suis également convaincu que le déséquilibre entre les sexes est l'un des problèmes qui limitent la durabilité des projets de conservation en raison du chevauchement bien connu entre la conservation, le développement et les préoccupations relatives aux moyens de subsistance.

Travailler pour une organisation responsable de l'environnement implique souvent des visites sur le terrain, des réunions avec les populations locales, des discussions et des prises de décision. Dans nombre de ces pays, les hommes et les femmes ne sont pas égaux à cet égard. En Libye, par exemple, une femme ne peut pas aller seule sur le terrain. Elle doit avoir un "mahram" pour l'accompagner, même son petit frère suffit à obtenir la confiance de ceux qui la voit.

En Libye, les femmes ne peuvent pas aller seules sur le terrain, elles ont besoin d'un mahram pour gagner la confiance des autres.

En Tunisie, les visites sur le terrain (en tant que bénévole ou professionnelle) m'ont causé de nombreux désaccords avec ma famille, car « une fille qui marche dans la montagne avec des garçons aura moins de chances de se marier ». Le mariage est considéré comme l'objectif ultime de chaque fille, elle doit donc éviter toute mauvaise réputation. Dès leur plus jeune âge, les femmes ont vocation à devenir de bonnes épouses, ce qui limite leur champ d'action. Rares sont les femmes qui agissent différemment et rares sont les hommes qui soutiennent cette progression. Les opinions et les attitudes peuvent également varier au sein du même pays.

En 2009, j'ai coordonné une campagne d'éradication de rats noirs sur l'île de Zembretta, en Tunisie, afin de sauver la faune indigène. J'ai vécu dans un bungalow sans porte pendant deux mois. Je ne me considérais pas moins qualifié et je ne subissais aucune discrimination. En revanche, un an plus tard, je suis parti dans le sud de la Tunisie avec des amis pour une expédition. Le soir, alors que nous préparions notre dîner, des habitants du village voisin sont venus vérifier qui nous étions et un de mes amis a dit que j'étais sa femme afin de gagner leur confiance.

En l'honneur de la Journée internationale de la femme, j'ai interviewé des femmes inspirantes qui dirigent des projets de conservation dans notre région et j’ai découvert que je n'étais pas la seule femme à remarquer certaines réalités : quelle que soit leur origine, nous avons constaté des inégalités dans les opportunités disponibles et des obstacles nécessitant d’être motivé et courageuse pour pouvoir les braver. Il convient également de remercier leurs familles d’avoir fait preuve de compréhension et de les avoir aidées à être différentes. Animées par une forte passion pour l'environnement, ces femmes ont de bons conseils à donner.

Thoraya Ouhiba, Présidente de la Société Oxygen, Libye

« J'imagine que ma société Oxygène est le poumon qui aide les femmes à respirer. »

Pendant longtemps, je cherchais une structure qui travaille dans la conservation de la biodiversité et la sensibilisation à l'environnement. Après la révolution libyenne, j'ai pu créer la Société Oxygen afin de créer les conditions propices à l'amélioration de l'éducation environnementale en Libye. Au quotidien, cela consiste à l’organisation d’ateliers environnementaux ciblés sur la gestion des déchets et leur relation avec la biodiversité pour au moins 80 enseignants travaillant dans 23 écoles primaires.

Il est difficile pour les femmes en Libye de travailler sur le terrain ou avec les communautés locales. L’idée elle-même n’est pas acceptable par la famille, les collègues ou la population locale. Une femme doit voyager en groupe ou avec un «mahram», en particulier lors du premier contact avec les communautés locales. D'autre part, je dois montrer que je mérite cette responsabilité et réaliser de petites actions afin de gagner la confiance des parties prenantes.

C'est un équilibre entre surmonter la pression sociale d'une forte personnalité sans nuire à la réputation de la famille. Comme je ne peux pas aller seul sur le terrain, je soutiens les partenariats et les collaborations afin que nous puissions y aller en groupe. Comme il est très difficile de s'intégrer dans le «monde des hommes» et de participer aux décisions concernant la société civile en Libye, j'ai créé la Société Oxygen pour se concentrer sur la formation et la sensibilisation des femmes et promouvoir une représentation équitable des hommes et des femmes dans les activités environnementales, en particulier sur le terrain. J'imagine que ma société Oxygène est le poumon qui aide les femmes à respirer.

Aleksandra Bujaroska, Directrice de l’Association de citoyens du droit de l'environnement, "Front 21/42", Macédoine du Nord

Aleksandra Bujaroska - Crédit photo : Front 21/42Aleksandra Bujaroska - Crédit photo : Front 21/42

Je suis né et j'ai grandi à Ohrid, l'un des seuls sites inscrit au patrimoine mondial naturel et culturel de l'UNESCO en Macédoine. La préservation de la nature, le respect et la conservation font profondément partis de moi. Mon objectif est d’utiliser le droit de l’environnement pour démontrer un changement dans la société macédonienne en passant d’une absence de réaction de la part des décideurs à l’introduction de politiques environnementales.

L’absence de réaction et la sous-estimation d’une personne dans sa capacité à réaliser un changement dans la société sont encore plus importantes si vous êtes une femme. Quand j'étais plus jeune et que j'ai fondé l'ONG, j'ai été traité comme une rêveuse. Ce fut un défi de forcer mes collègues masculins à me prendre au sérieux. Dans le domaine de la conservation, les femmes sont des travailleuses plus acharnées mais ne sont pas considérées comme des dirigeantes pour autant. Pour surmonter ces défis, j’ai affirmé mes compétences et montré que je méritais d’obtenir leur confiance. Cela a impliqué de changer mon comportement et mes vêtements pour une apparence plus sérieuse, et une personnalité plus forte.

Mon conseil : ignorer les opinions non fondées, rechercher des preuves, tout documenter et engager des poursuites judiciaires.

Irene Tosti, Fondatrice de l'initiative Femmes au travail (TWAWI) et de Natural Alba, Albanie

Irene Tosti - Crédit photo : Attila AdamIrene Tosti - Crédit photo : Attila Adam

« Les femmes albanaises en milieu rural reçoivent une éducation leur faisant croire qu'elles valent moins qu'un homme. »

Au sommet du Kilimandjaro, regardant un glacier en fusion, j'ai compris que le changement climatique existait. C'est à ce moment-là que j'ai compris que je voulais travailler avec Dame Nature et non contre elle. L'Albanie est un pays caractérisé par un niveau élevé de biodiversité mais peu sensibilisé à l'environnement. C'est l'endroit idéal pour travailler pour la conservation. Ma plus grande fierté professionnelle est de mettre en pratique mes convictions en matière de développement durable.

Les femmes albanaises en milieu rural reçoivent une éducation qui leurs font croire qu’elles valent moins que les hommes, vivant ainsi avec cette conviction toute leur vie. Parfois, elles peuvent être traitées comme de vrais animaux de ferme. Nous avons créé TWAWI pour renforcer le pouvoir des femmes en milieu rural afin de leur donner confiance et les convaincre de leur rôle essentiel dans la communauté et dans le but de mettre en place des activités qui les aident à mieux comprendre l’utilisation des ressources naturelles. Nous avons restauré une zone humide et créé une entreprise de culture et de vente durables de plantes aromatiques et médicinales.

En tant qu'ancienne cadre supérieur d'une entreprise automobile basée à Singapour, j'ai l'habitude de diriger. Mais en tant que femme qui travaille maintenant en Albanie, ma parole de femme ne compte pas autant que la parole d'un homme. C'est insultant pour moi. Pour surmonter cela, je dois déléguer mes tâches aux hommes pour effectuer des choses que je pourrai faire seule très facilement; c’est agaçant, mais cela fonctionne dans cette société.

À mon avis, les jeunes femmes en milieu rural ne changeront pas leur situation. Elles ne réussiront que si les hommes les aident. Pour ce faire, il faudrait une amélioration de l’éducation en milieu scolaire et l’illustration de bons exemples pour ainsi modifier les stéréotypes. Les hommes plus âgés ont compris cela et pourraient être de bons alliés pour les femmes plus jeunes.

Muna Al Taq, Responsable des relations publiques et de la communication pour RSCN (BirdLife en Jordanie)

Muna Al Taq - Crédit photo : RSCNMuna Al Taq - Crédit photo : RSCN

« Vous devez savoir comment vous comporter selon les types de personnes. »

Après avoir été inspirée par la nature lors d’une présentation de RSCN lorsque j’étais à l’école, je travaille maintenant pour la RSCN et je les représente régulièrement lors d’événements internationaux et lors de la mise en relation avec les sponsors.

Au début de ma carrière, quand je travaillais principalement dans des zones rurales avec des communautés locales, il était assez difficile d'aller sur le terrain et d'impliquer les femmes locales dans des programmes de subsistance, car elles n’étaient pas prêtes à être des leaders. Maintenant, c'est devenu beaucoup plus facile.

Quand j'étais le plus jeune des cadres, mon but était de transmettre mes idées sans offenser mes collègues, car ses collègues étaient des hommes et en plus, ils étaient plus vieux que moi. Culturellement, au travail,  il n'est pas acceptable de recevoir des ordres d'une femme. J'ai donc utilisé différents moyens de gestion avec les collègues masculins.

Je relève le défi progressivement. Je dois montrer qu'une femme de notre pays mérite le respect par sa personnalité et à travers ses interactions avec les habitants ou avec ses collègues. Vous devez savoir comment vous comporter avec différents types de personnes; surtout lorsque l’on s’adresse aux communautés locales. J'ai tout essayé de mon côté, de la conduite jusqu’aux sites d’études, à l’intégration d’équipes de tourisme, en passant par la randonnée, certaines avec des descentes en rappel et de l’escalade. Je leur ai montré que je pouvais faire tout ça quand je le souhaitais.

Un autre grand défi pour moi est de trouver un équilibre entre ma vie privée et mon travail. Je pense que c’est un défi pour toutes les mères qui travaillent. J’ai de la chance d’avoir une famille qui me soutienne, et l’appui de la direction de RSCN, qui me conduisent toujours à la réussite.

Radhia Louhichi, Directrice d'une école publique et président du Réseau Enfants de la Terre (Réseau Terre-Enfants, RET), Tunisie

« J'essaie de joindre mon travail à ma passion dans le but d’impliquer les enfants dans la conservation. »

J'ai étudié le journalisme et travaillé pendant plus de 25 ans dans le secteur de l'éducation en tant qu'enseignante et directrice d'école. Ensuite, j'ai commencé à remarquer la dégradation de notre environnement et l’épuisement des ressources. À 45 ans, j'ai décidé de retourner à l'université pour un master en communication environnementale. Au cours de ma thèse, 30 élèves impliqués dans le projet sont devenus si enthousiastes qu'ils ont créé un groupe sur Facebook « Réseau Enfants de la Terre » et en quelques semaines, le groupe comptait 4 000 membres. Cela nous a incités à créer notre association, RET, en 2011, afin de continuer à concentrer nos efforts sur l'éducation et la sensibilisation à l'environnement des jeunes, car ils représentent notre avenir.

En tant que femme, le grand défi consiste à assurer un équilibre entre mon travail, mes responsabilités en matière de conservation et ma famille. J'essaie de joindre mon travail à ma passion pour pouvoir impliquer les enfants dans la conservation. Cela peut faire gagner du temps à ma famille. Mais à moins que plusieurs nouvelles lois soutiennent les femmes en Tunisie, nous aurons toujours une société patriarcale où les tâches ménagères seront attribuées aux femmes.

Natalia Boulad, Chef de l'unité SIG, Centre de surveillance de la conservation / RSCN (partenaire BirdLife), Jordanie

« Je suis confronté au défi de travailler dans un domaine technologique très dynamique. »

J'avais fini par travailler dans ce domaine car j'avais une passion pour la conservation et je pensais également que le SIG [Système d'information géographique] pourrait largement contribuer à faire progresser les travaux de conservation en Jordanie. J'ai contribué à transformer l'utilisation des SIG au sein de l'organisation, passant d'un outil traditionnel de visualisation et de production de cartes à un outil efficace d'aide à la décision et de planification, en développant les méthodes et les modèles d'analyse de données utilisés par la RSCN.

Sur le plan personnel et en tant que mère de trois enfants, je suis confrontée au défi d’essayer de trouver un équilibre entre les exigences professionnelles et familiales. Sur le plan professionnel, je suis confronté au défi de travailler dans un domaine technologique très dynamique et, avec la charge de travail dans une organisation aussi dynamique que RSCN, je dois créer un espace pour le développement personnel et l'innovation.

Je compte beaucoup sur le soutien de ma famille. RSCN offre également une certaine flexibilité aux mères qui travaillent, en veillant à ce que cette flexibilité n’affecte pas leurs performances! Je m'assure également de me tenir au courant des dernières applications SIG et des tendances dans le domaine de la conservation. Le large éventail de projets gérés par RSCN m'aide à y être exposé.

Patrícia Rendall Rocha, Coordinatrice du camp des tortues marines, et maintenant responsable de la communication pour Biosfera, Cap Vert.

« Il n'y a pas de privilèges lorsque vous êtes sur le terrain. »

Santa Luzia est une île déserte inhabitée où nous campons pour surveiller et protéger les tortues caouannes en voie de disparition. Je suis fier que nos recherches aient mis cette importante population nicheuse « sur la carte » au niveau international. Pendant plusieurs jours, il n'y a que nous et les pêcheurs de l'île. Nous les avons invités à « prendre le thé », discutant de tout chaque soir, et j’ai profité de ces moments de détente pour faire passer le message sur la conservation. Il y a un moment spécial où j'ai réalisé que cela donnait de bons résultats.

« Que faites-vous ici ?! » Me demandaient les nouveaux pêcheurs, « Cet endroit n’est pas réservé aux filles. » C’est une blague que nous, les femmes, sommes fatiguées d’entendre. Mais avant qu'il ait eu le temps de s'expliquer, un autre pêcheur (que je connaissais depuis longtemps) a répondu à son ami: « C'est l'une de nous ! Elle est la reine de Santa Luzia. Elle connaît cette île comme sa poche, et dans une compétition de natation, elle vous battrait. » C’est à ce moment-là que j’ai remarqué que je n’étais plus perçu comme un chercheur scientifique qui faisait quelque chose qu’ils ne comprenaient pas. Mais j'étais plus un travailleur de terrain, travaillant dur à partir de 4 heures du matin, comme eux, et tout allait bien ! Maintenant, lors de réunions avec le gouvernement, les pêcheurs me demandent souvent d’être porte-parole de leur groupe.

D'autres fois, je devais affirmer ma position, par exemple lorsqu’ ils disaient que je marchais pieds nus ou que je poussais le bateau comme un garçon. Pour eux, c'était un compliment. Pour nous les femmes, nous savons que ce n’est pas le cas ! Et ma réponse est toujours: je travaille comme une femme, que je suis ! Et les femmes peuvent tout faire comme les hommes. Il n'y a pas de privilèges lorsque vous êtes sur le terrain.

Parfois, je deviens plus agressive que je ne le devrais et je prends les choses à cœur, comme lorsque les gens pensent qu’ils sont supérieurs parce que je suis plus jeune, que je suis une femme, ou que je suis noir - ou les trois. C'est un combat quotidien, mais je continue de faire partie du groupe de femmes qui brisent les barrières, une brique à la fois !

Ce travail est soutenu par le Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) de Méditerranée.

Le Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) est une initiative conjointe entre l'Agence française de développement, Conservation International, l'Union européenne, le Fonds pour l'environnement mondial, le gouvernement du Japon et la Banque mondiale. L’objectif fondamental est de s'assurer que la société civile est engagée dans la conservation de la biodiversité.

 cepf colour large

Partager