Les parisiens ont le privilège d'accueillir de nouveau des Faucons pèlerins à quelques centaines de mètres de la tour Eiffel.

Yaca et Yaco, un couple de Faucons pèlerins, a choisi de s'installer à l'automne 2011 au sommet de la cheminée Beaugrenelle de la CPCU, dans le 15e arrondissement de Paris. En 2013, après une reproduction réussie, 3 jeunes Faucons pèlerins ont pris tant bien que mal leur envol du haut d'un nichoir situé à près de 130 mètres d'altitude. Cette année, le couple est toujours présent sur le site. Mieux encore : 4 œufs ont été pondus fin février. Depuis leur éclosion, les poussins de Faucons pèlerins sont nourris en constant par leurs parents, attentifs à leur développement.

Faucon pèlerin (Falco peregrinus) ‐ Crédit photo : Christian AussaguelFaucon pèlerin (Falco peregrinus) ‐ Crédit photo : Christian Aussaguel

À cette occasion, des élèves du 15e arrondissement ont noué un partenariat avec la LPO. Enthousiastes, ces chères têtes blondes suivent le quotidien du couple et de leur progéniture à grand renfort de jumelles et de longues-vues. Ils peuvent aussi visionner les vidéos transmises par une caméra installée à l'initiative de la LPO à l'intérieur même du nichoir. Autant dire qu'ils ne ratent rien du fabuleux spectacle en attendant l'envol prochain des petits !

Cette espèce protégée depuis 1972 possède une histoire mouvementée. D'oiseau roi, célébré dans toutes les cours d'Europe, incarnation du dieu Horus dans l'Egypte ancienne et oiseau du tonnerre pour les Indiens d'Amérique du Nord, il est victime quelques siècles plus tard des pesticides organochlorés et de trafics. Bien qu'ayant frôlé l'extinction, il se porte mieux aujourd'hui grâce au travail acharné des associations de protection de la nature, et du FIR en particulier, débuté en 1970. En France, il existe à ce jour environ 1 250 couples nicheurs de Faucons pèlerins.

Aujourd'hui à l'abri de l'extinction, cette espèce demeure rare et fragile. Des régressions locales ont tout de même été enregistrées. Sont mises en cause notamment les dégradations de son habitat (pesticides) et la sur-fréquentation des milieux naturels (activités de plein nature).

Cet oiseau puissant est un chasseur redoutable et ses attaques en piqué sont particulièrement spectaculaires. Il est l'oiseau le plus rapide du monde, une sorte de guépard du ciel.

Si l'année dernière, l'envol très attendu des 3 jeunes fut un peu laborieux, en effet, la jeune femelle avait manqué son premier envol. Transférée à l'école vétérinaire de Maison-Alfort, elle avait été relâchée dans le quartier quelques jours après. Pour cette année, la LPO souhaite un sans faute aux 4 fauconneaux.

La LPO tient à remercier la fondation Gecina pour son soutien financier en faveur du Faucon pèlerin.

Suivez les Faucons pèlerins sur http://rapaces.lpo.fr/faucon-pelerin/suivi-par-camera

Partager