Comment y participer ? La LPO vous guide.

milan royal 650 350Milan Royal (Milvus milvus) – Crédit photo : Patrick Harlé

Le Milan royal, une espèce vulnérable

Ce rapace, typique des zones agricoles de polyculture et d’élevage, passe volontiers des heures à voler à basse altitude au-dessus des prairies à la recherche de proies. En automne, un grand nombre de Milans royaux migrent en Espagne et en France pour hiverner. À la tombée de la nuit ils se réunissent sous forme de dortoirs. Ces dortoirs peuvent regrouper des dizaines voire des centaines d’individus !

Le Milan royal est présent uniquement en Europe. L’Allemagne, l’Espagne, la France, la Suisse et la Suède abritent environ 85 % de la population nicheuse mondiale. En ajoutant la Grande-Bretagne et la Pologne, on atteint 95 % de la population totale. Régulièrement victime de persécutions et d’empoisonnements en particulier, le Milan royal a connu des déclins majeurs dans plusieurs pays d’Europe et en France notamment. Aujourd’hui, il figure encore parmi les espèces vulnérables en France.

Un comptage dans quel but ?

Les 5 et 6 janvier 2019, c’est toute l’Europe qui sera mobilisée pour recenser leurs effectifs : la France, la Suisse, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg, la Slovaquie, le Danemark, la République Tchèque, la Belgique, la Suède, le Portugal mais aussi probablement l’Italie. Ces données permettent de suivre l’évolution des effectifs et la répartition des hivernants.

Comment participer ?

Nul besoin d’être expert pour participer à cette opération, tous les volontaires désirant contribuer à l’amélioration des connaissances et à la sauvegarde du Milan royal sont les bienvenus. Pour cela, contactez le réseau Milan royal la LPO France.

Vos observations sont à saisir sur Faune-France, les sites VisioNature locaux ou via l’application gratuite NaturaList, disponible uniquement sur Google Play.

En janvier 2018, ce sont près de 12 000 individus qui ont été recensés, marquant ainsi un nouveau record ! Qu’en sera-t-il cette année ?

Plus d'information

Consultez le communiqué de presse

Partager