Comment y participer ? La LPO vous guide.

Milan Royal (Milvus milvus) – Crédit photo :  Adrian AebischerMilan Royal (Milvus milvus) – Crédit photo : Adrian Aebischer

Le Milan royal, une espèce vulnérable

Ce rapace, typique des zones agricoles de polyculture et d’élevage, passe volontiers des heures à voler à basse altitude au-dessus des prairies à la recherche de proies. En automne, un grand nombre de Milans royaux migrent pour rejoindre leurs quartiers d’hiver, principalement en Espagne et en France. En hiver, à la tombée de la nuit, ils se réunissent sous forme de dortoirs pouvant regrouper des dizaines voire des centaines d’individus !

Le Milan royal est présent uniquement en Europe. L’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la France, la Suisse et la Suède abritent 87 à 93 %% de la population nicheuse mondiale. Régulièrement victime de persécutions et d’empoisonnements en particulier, le Milan royal a connu des déclins majeurs dans plusieurs pays d’Europe et en France notamment. Aujourd’hui, il figure encore parmi les espèces vulnérables en France.

Un comptage dans quel but ?

Les 4 et 5 janvier 2020, c’est toute l’Europe qui sera mobilisée pour recenser leurs effectifs : la France, la Suisse, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg, la Slovaquie, le Danemark, la République Tchèque, la Belgique, la Suède, le Portugal. Ces données permettent de suivre l’évolution des effectifs et la répartition des hivernants.

Comment participer ?

Nul besoin d’être expert pour participer à cette opération, tous les volontaires désirant contribuer à l’amélioration des connaissances et à la sauvegarde du Milan royal sont les bienvenus. Pour cela, vérifiez que l'espèce hiverne bien dans votre département et contactez le réseau Milan royal la LPO France.

Vos observations sont à saisir sur Faune-France, les sites VisioNature locaux ou via l’application gratuite NaturaList.

En janvier 2019, 12 373 individus réunis dans 211 dortoirs avaient été recensés sur le territoire, marquant ainsi un nouveau record ! Qu’en sera-t-il cette année ?

Partager