Crée en 1859, le cimetière de la Guillotière recèle de multiples richesses historiques, architecturales et naturelles.

Crédit photo : LPO AuRA / RhôneCrédit photo : LPO AuRA / Rhône

Avec ses 18 hectares, il est le plus grand des cimetières lyonnais à rejoindre le réseau des Refuges LPO qui fête ses 100 ans en 2021. L’inauguration s’est déroulée en présence de Grégory Doucet maire de Lyon, d’Allain Bougrain Dubourg et des équipes LPO le 11 juillet.

Une démarche engagée de la ville de Lyon depuis 10 ans

La ville de Lyon n’a pas attendu le durcissement de la loi du 1er janvier 2017 pour bannir l’usage des produits chimiques : depuis 2008, elle en a proscrit l’utilisation dans ses parcs et l’a même élargie aux cimetières, pourtant non concernés par la Loi Labbé. L’enregistrement du cimetière de la Guillotière dans le réseau des Refuges LPO s’inscrit dans la continuité du travail entamé par les élus de la ville de Lyon avec le cimetière de Loyasse, premier cimetière de type traditionnel à avoir rejoint le réseau des Refuges LPO en avril 2017. Ces deux refuges forment les prémices d’une politique locale destinée à la protection et à la restauration d’une trame verte urbaine lyonnaise. Un troisième cimetière sera labellisé en 2022, celui de la Croix Rousse.

Quand la biodiversité reprend vie

A la suite d’un pré-diagnostic mené par la LPO Rhône, le cimetière de la Guillotière a  donné lieu à de multiples préconisations et projets d’aménagements  en vue d’augmenter les possibilités d’accueil de la biodiversité comme par exemple la  fabrication et la pose de nichoirs pour différentes espèces d’oiseaux, la mise en place d’une gestion différenciée, l’aménagement d’une mare ou encore la plantation d’arbres et de haies en favorisant la diversité d’essences indigènes.

L’inventaire réalisé en 2020 a révélé une grande richesse en termes de biodiversité avec son cortège de 28 espèces d’oiseaux dont 15 nicheuses, à l’instar du chardonneret élégant, du moineau domestique, du Rougequeue noir, de l’Etourneau sansonnet, de la Pie bavarde, le verdier d’Europe, de la fauvette à tête noire ou du Geai des chênes. Un hérisson d’Europe, une grenouille verte, le lézard des murailles ont également été identifiés. Et pour la petite anecdote : un aménagement spécial sera installé pour accueillir un tout nouvel hôte : le Hibou petit Duc, espèce migratrice relativement rare dans ce département mais identifiée à plusieurs reprises en proximité du site.

Longue Vie aux cimetières Refuges LPO

Les cimetières de la Guillotière et de Loyasse viennent s’ajouter à la vaste trame verte nationale des cimetières  Refuges LPO à l’instar de La Roche sur Yon (85), le Souché à Niort (79),  Saint Vincent (Paris 18) et  Vaugirard (Paris 15). Ces cimetières d’un nouveau genre sont tout autant lieux de recueillement qu’espaces de détente où se croisent visiteurs et espèces vivantes. Chaque jour, ils inspirent de nouveaux espaces publics qui servent ainsi de « vitrines » des bonnes pratiques que l’on peut facilement transposer. Preuve aussi qu’un site funéraire peut finalement être plein de vie !

Partager