L’Association Française des Parcs Zoologiques a écrit à François de Rugy pour rappeler la condamnation, par les zoos français, de la chasse à la glu.

grive musicienne cabs 650Grive musicienne (Turdus philomelos) - Crédit photo : CABS

L’AFdPZ déplore la décision du Conseil d’Etat

Fortement attachés au bien-être animal, les zoos français membre de l’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ) récusent toute forme de traitement cruel ou inutile à l’égard des espèces sauvages ou domestiques. C’est pourquoi Rodolphe Delord, président de l’AFdPZ rappelle, dans un courrier écrit à l’intention du ministre de la Transition écologique, que les zoos français condamnent la pratique de la chasse à la glu qui inflige des souffrances inutiles aux oiseaux. Ce courrier fait suite à l’arrêté du Conseil d’Etat du 28 décembre 2018 autorisant, malgré le recours en justice de la LPO, la chasse à la glu dans 5 départements français : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var et Vaucluse.

Une position ferme et cohérente

Les zoos français participent à la campagne internationale « Silent Forest » lancée par l’Association européenne des zoos et aquariums (EAZA). Cette campagne vise à mettre fin au trafic mondial qui menace les oiseaux chanteurs en Asie du sud-est. Il serait incohérent de condamner les pratiques illégales constatées dans plusieurs Etats asiatique sans s’interroger sur celles, tout aussi contestables exercées en France.

C’est la raison pour laquelle, l’association s’oppose également au projet d’arrêté actuellement en consultation, visant à prolonger d’un mois la chasse aux oies sauvages.

Le combat continue...

Partager