À ce jour, 30 couples reproducteurs ont été recensés et on compte environ 200 individus dans les Alpes.

Le 14e descendant de Gypaète barbus (Gypaetus barbatus) – Crédit photo : P. Marti / LPO Haute-SavoieLe 14e descendant de Gypaète barbus (Gypaetus barbatus) – Crédit photo : P. Marti / LPO Haute-Savoie

Cette année, un couple de gypaètes barbus installé dans le massif du Bargy depuis 1997 a donné naissance à son 14e descendant ! Ce dernier est né le 24 mars et a pris son envol le 22 juillet 2014. Le couple est formé de Balthazar, lâché le 28 mai 1988 et d'Assignat, réintroduite le 11 juillet 1989.

Le couple bénéficie d'une fécondité supérieur à la moyenne : 2 à 3 jeunes à l'envol tous les 3 ans. Et pour cause, le Gypaète barbu est une espèce qui se reproduit très peu, en moyenne 1 jeune à l'envol tous les 3 ans mais son faible taux de reproduction est compensé par une espérance de vie longue : jusqu'à 20/30 ans en nature et par un taux annuel de survie des adultes important d'environ 95%.

Le Plan national d'actions (PNA) en faveur du Gypaète barbu dans les Alpes

Une méconnaissance profonde du Gypaète barbu et de son mode de vie ainsi qu'un attachement excessif aux mythes et aux fables ont conduit à sa disparition dans les Alpes au début du 20ème siècle.

Ainsi en 2010, un PNA en faveur du Gypaète barbu est lancé pour une durée de 10 ans. L'objectif général est de consolider les noyaux de populations alpines et pyrénéennes et d'en assurer la longévité.

Plus précisément, dans les Alpes, l'objectif est de pérenniser la population de Gypaètes barbus par l'accroissement de l'aire de répartition géographique et l'augmentation du nombre de couples reproducteurs.

Le PNA est coordonné par la DREAL Aquitaine en charge de la coordination technique et animé par la LPO.

La mise en œuvre du plan est décliné par massif : alpin, pyrénéen et corse.

Dans les Alpes françaises, le plan est ainsi mis en œuvre par la DREAL Rhône-Alpes et par le coordinateur technique Asters, en partenariat avec les parcs nationaux de la Vanoise, des Ecrins, du Mercantour et du parc naturel régional du Vercors. Le plan est soutenu par le Conseil Régional Rhône-Alpes et le Conseil Général de Haute-Savoie.

L'année 1997 offre une grande récompense avec la première reproduction en nature. Deux noyaux de la population forment aujourd'hui la population, l'un dans les Alpes nord occidentales (Savoie, Haute-Savoie, Valais) et les Alpes centrales (Engadin, Stelvio). 30 couples reproducteurs sont connus et la population est formée d'environ 200 individus dans les Alpes.

11 octobre : prospection internationale du Gypaète barbu

Une prospection Gypaète barbu d'ampleur internationale est organisée le samedi 11 octobre 2014 depuis le Mercantour jusqu'aux Alpes orientales autrichiennes. Le suivi des gypaètes s'organise à l'échelle de l'arc alpin dans le cadre de l'IBM (International Bearded Vulture Monitoring). Cette journée est coordonnée par différentes structures selon les régions.

Objectifs de la prospection :

  • Contrôler la présence des couples connus sur le département et localiser leur aire de reproduction,
  • repérer de nouveaux couples en installation,
  • compter le nombre d'individus minimum sur l'arc alpin, et connaître la répartition par classe d'âge.

L'automne est la période la plus propice pour ce genre d'observations car c'est à cette saison que l'on peut observer les parades nuptiales qui se caractérisent par des jeux aériens de type vol synchrone, offrande, courbette… C'est également à cette époque que le site est choisi et que le nid est construit. Vous pourrez ainsi observer des transports de branche ou de laine, que ce soit dans le bec ou les serres.

À vous de jouer !

Plus d'informations

Pour être au cœur des actions LPO, inscrivez-vous à la photo de la semaine

En savoir plus sur la LPO Haute-Savoie

En savoir plus sur la journée de prospection internationale du Gypaète barbu

En savoir sur le PNA

Partager