Le comité 21 a publié fin juin un rapport, auquel la LPO a contribué, sur l’état d’appropriation des objectifs de développement durable (ODD).

Martre des pins (Martes martes) - Crédit photo : Martre des pins (Martes martes) - Crédit photo : Fabrice Cahez

Cette première édition vise à évaluer le niveau d’appropriation de l’Agenda 2030 et ses 17 ODD par les acteurs non-étatiques français.

Vaste ensemble d’objectifs chiffrés que les pays se sont engagés à atteindre d’ici 2030 sur tous les sujets qui sont au cœur des préoccupations des citoyens, ces ODD renouvellent la feuille de route de Rio 1992 et l’Agenda 21 dont est issu le Comité 21. Ils s’adressent à tous les pays et entraînent tous les acteurs, notamment non-étatiques, dans la dynamique d’un développement vertueux, pérenne et juste.

Ce rapport présente et analyse les contributions d’un échantillon de 49 acteurs non-étatiques volontaires, représentants d’entreprises, de collectivités territoriales, du monde de l’enseignement, d’ONG et de la recherche, dont la plupart sont membres du Comité 21. La LPO a d’ailleurs contribué à sa rédaction en traitant de l’ODD numéro 15 « Vie terrestre », dans lequel Yves Verillac, directeur général de la LPO, explique que « sans modification radicale de la PAC, il n’y a aucun espoir de restaurer la biodiversité à large échelle ».

Un constat mitigé

couv rapport appropriation 400Ce rapport identifie de nombreuses initiatives concrètes mais souvent trop isolées, et vise à amorcer des partenariats et des coalitions permettant la massification progressive des bonnes pratiques et des comportements.

Dans l’ensemble, la connaissance des ODD et leur appropriation sont encore jugées limitées et superficielles, à la fois parce que ces objectifs sont relativement récents et encore réservés aux initiés, mais aussi parce que leur déclinaison peut sembler difficile, du fait de leur universalité, du nombre des cibles visées et de leurs interrelations.

Face à ce constat mitigé, de nombreuses propositions d’améliorations de l’appropriation des ODD par la société civile ont été formulées par les auteurs des contributions.

Bien qu’intéressante et assez riche de propositions d’amélioration, cette première édition doit être relativisée au vu du trop petit nombre de réponses sur certains ODD. Elle sera enrichie en 2018 et 2019 par d’autres concours, notamment par les acteurs des territoires dans le cadre d’un « Tour de France des ODD » engagé dès cette année.

Un suivi mondial

À l’échelle internationale, le Forum politique de haut niveau occupe la place centrale du suivi de la mise en œuvre des ODD en offrant chaque année une plateforme de discussion à l’ensemble des acteurs, institutionnels ou non, du développement durable. Cette année, il se tiendra du 10 au 19 juillet prochain à New York. L’occasion pour la France de présenter son rapport et d’examiner avec l’ensemble des acteurs la bonne application des ODD.

Plus d’informations

Consultez le rapport sur l’appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français

Partager