La LPO s’est engagée lors de ce séminaire à renforcer et à épauler les associations d’Outre-Mer pour agir concrètement en faveur des oiseaux et des habitats menacés des DOM.

 Crédit photo : Yann Hermieu / LPO Crédit photo : Yann Hermieu / LPO

Cinq associations ornithologiques d’Outre-Mer se sont rencontrées lors du séminaire organisé par la LPO du 9 au 13 avril. À l’issue de ces cinq journées d’échanges, un accord de partenariat a été rédigé entre leurs représentants et la LPO. L’objectif ? Faire des associations ornithologiques d’Outre-mer les partenaires officiels de la LPO. Et instaurer une feuille de route à la hauteur des enjeux d’une biodiversité ultramarine en crise.

Et pour cause, associations ultra-marines et LPO considèrent que les oiseaux et toutes les espèces sauvages constituent notre patrimoine naturel commun. Concernant la biodiversité ultra-marine, sa valeur écologique, économique et sociale est inestimable et pourtant elle est en déclin.

Les associations de protection de la nature (GEPOG en Guyane, Le Carouge en Martinique, Amazona en Guadeloupe, SEOR à la Réunion GEPOMAY à Mayotte) œuvrent depuis des années pour enrayer cette tendance dans les départements français d’outre-mer.

Les engagements pris par la LPO lors du séminaire proposent des actions innovantes et reproductibles dont  les objectifs sont les suivants :

    • Identifier les priorités de conservation des oiseaux à travers les suivis, les analyses, la vulgarisation des connaissances,
    • Promouvoir les actions de conservation de la biodiversité à travers le lobbying, les propositions législatives et réglementaires,
    • Développer et mettre en œuvre des programmes de conservation des espèces et des habitats, incluant la gestion d’espaces, le développement soutenable, l’éducation et la formation,
    • Mobiliser l’expertise et les ressources pour répondre aux missions assignées, afin de renforcer les liens entre les associations, les adhérents et les salariés,
    • Sensibiliser les publics en outre-mer et en métropole aux enjeux ultra-marins et partager les appels à projets.
  • Ces orientations seront portées par des actions de communication (partage d’informations, création d’outils de communication, optimisation, rencontres régulières),  l’appui aux partenaires (technique, fonctionnement, procédures, juridique,…), l'initiation et la mise en œuvre de nouveaux projets de conservation et d’acquisition de connaissances ; et s’appuieront sur le relai des enjeux de conservation ultra-marins au niveau des instances nationales et internationales. De plus, un logo spécifique Réseau Outre-Mer sera créé, mentionnant « partenaire officiel de la LPO ».

    La signature de l’accord de partenariat nécessite à présent l’accord des Conseils d’Administration de chaque association.

    Partager