La LPO, les Amis de la Terre et France Nature Environnement ont décidé de ne pas assister au Conseil national de la transition écologique (CNTE) du 1er septembre, où le projet de loi portant sur des dérogations à l'interdiction des néonicotinoïdes était présenté.

 eg0sodrwkaifbmq

 

Le 1er septembre 2020, la Ministre Barbara Pompili a invité les membres du Comité national de la transition écologique à une réunion de rentrée consacrée le matin à la présentation du projet de texte entérinant la dérogation pour l’utilisation des néonicotinoïdes, et l’après-midi à une rencontre avec des représentants des citoyens tirés au sort dans le cadre de la convention citoyenne pour le climat. 

Considérant le poids de certains lobbies porteurs d’intérêts privés en matière industrielle, agricole et cynégétique, et considérant les régressions environnementales en cours ainsi que le peu de cas fait aux corps intermédiaires défenseurs de l’intérêt général, FNE, la LPO, les Amis de la Terre, ont décidé de ne pas assister à ce CNTE. Nos organisations entendent ainsi témoigner de leur soutien à la Ministre et aux 150 citoyens, dont plusieurs mesures ont déjà été rejetées par le Président de la République. A ce dernier, nous signalons notamment ne pas vouloir servir d’alibi à des décisions que nous contestons, tout comme à des orientations qui ne semblent toujours pas ni cohérentes, ni à la hauteur des enjeux auxquels nous avons collectivement à faire face. 

Nos ONG attendent plus d’exigence dans les attributions budgétaires, une association de tous les partenaires expérimentées dans le déploiement des actions, et une évaluation sérieuse et indépendante des réalisations.

Lire aussi l’interview de notre Président Allain Bougrain Dubourg dans le journal Libération du 31 août 2020

 

 

Partager