La LPO engage un recours devant le Conseil d’État pour faire annuler cette décision aberrante.

Tourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien AudevardTourterelle des bois (Streptopelia turtur) - Crédit photo : Aurélien Audevard

Vendredi 30 août, la Ministre de la transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a signé un arrêté autorisant l’abattage de 18 000 Tourterelles des bois, une espèce menacée au niveau mondial et placée sur la liste rouge de l’UICN. Après avoir récemment obtenu la suspension de l’arrêté autorisant la chasse de 6000 Courlis cendrés, la LPO s’en remet une nouvelle fois au Conseil d’Etat pour sauver la Tourterelle des bois, qui a déjà perdu 80% de ses effectifs.

Lorsqu’il était candidat, Emmanuel Macron s’était pourtant engagé par écrit auprès de la LPO à retirer de la liste des espèces chassables celles en mauvais état de conservation. Il ne le fait même pas pour l’espèce la plus gravement menacée !

Allain Bougrain Dubourg a redit son indignation et son incompréhension à la ministre Elisabeth Borne et la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon qu’il a rencontrées le 30 août : « La France ne va pas pouvoir encore longtemps prétendre être moteur pour la biodiversité dans le monde comme on l’a vu récemment à propos de l’Amazonie ou lors de la dernière CITES (éléphants, girafes, etc.), et laisser détruire son patrimoine naturel le plus menacé. Elle devra en rendre compte devant la Commission européenne, le Congrès mondial de l’UICN et la COP15 en Chine en 2020. Les grandes ONG seront là pour rappeler la France à ses propres responsabilités »

Lire l’intégralité de notre communiqué de presse

Consultez l'arrêté du 30 août relatif à la chasse de la Tourterelle des bois

Partager