La FNSEA profite du mouvement « Gilets Jaunes » pour remettre en cause des avancées environnementales en matière agricole, dont l’interdiction du glyphosate. Explications.

Abeille - Crédit photo : RostichepAbeille - Crédit photo : Rostichep

Dans une déclaration sur France Info ce jeudi 6 décembre 2018, la Présidente de la FNSEA a menacé de manifestations publiques supplémentaires si le gouvernement ne revenait pas sur quelques progrès dans le domaine de l’agriculture obtenus notamment à l’issue des états généraux de l’alimentation à savoir :  

  • La séparation des activités de conseil et de vente en matière de pesticides permettant de se détacher de la mainmise que les géants de l’agrochimie ont sur l’agriculture
  • L’interdiction du Glyphosate
  • L'augmentation de la redevance pour pollution diffuse qui doit servir au développement de l'agriculture biologique.

Rappelons que les premières victimes de la crise environnementale sont les couches sociales les plus défavorisées et les premières victimes de l’agriculture non durable les agriculteurs eux-mêmes.

À l’heure où de plus en plus d’agriculteurs s’engagent dans la voie d’une agriculture durable, voire dans celle de l’agro-écologie, cette tentative de démarche rétrograde s’oppose à la demande croissante des citoyens et des consommateurs soucieux de leur santé et de l’environnement.

La LPO soutient la démarche de transition écologique portée par le Ministère du même nom et encourage les élus à ne pas  se laisser intimider par les lobbies contre nature.

Partager