Les 2 trafiquants utilisaient des gluaux et des appelants pour capturer ces oiseaux protégés.

Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) - Crédit photo : Fabrice CahezChardonneret élégant (Carduelis carduelis) - Crédit photo : Fabrice Cahez

Le 7 octobre, deux braconniers ont été condamnés par le Tribunal correctionnel de Tours pour capture et détention illégale d’espèces protégées. La LPO s’était portée partie civile.

L’un a écopé de 2 mois de prison avec sursis, 800€ d’amende dont 300€ avec sursis. Il s’est également vu confisquer les 400€ qui lui avaient été saisis. Le prévenu, qui détenait 12 chardonnerets devra également verser 2 400€ de dommages et intérêts à la LPO (soit 200 € par oiseau). Le deuxième braconnier a écopé d’un mois de prison avec sursis et de 1 000€ d’amende dont 600€ avec sursis.

Il détenait deux oiseaux et devra donc verser 400€ de dommages et intérêts à l’association (soit 200 € par oiseau). La LPO sait que ces oiseaux « sauvages » peuvent se vendre illégalement jusqu’à 200 voire 300€ pour les bons chanteurs et c’est pourquoi elle sollicite désormais devant les tribunaux 200€ par oiseau victime, comme le font les organismes cynégétiques pour des atteintes au gibier chassable sur la base d’un barème ONCFS décidé en Conseil d’administration…

« Ils travaillaient en réseau dans l’agglomération de Tours »

Ce trafic illégal d’oiseaux a été démantelé en septembre 2015 grâce à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et au service départemental d’Indre-et-Loire suite à l’interpellation de trois braconniers par les agents de l’ONCFS, dont un en flagrant délit.

Une perquisition avait alors suivi chez l’un des protagonistes. La police de la nature avait ainsi saisi vingt-quatre cages, des filets japonais, de la glu, des stocks de graines et des chardonnerets congelés. Une autre perquisition et deux gardes à vue s’en étaient suivis et deux trafiquants ont dû comparaitre devant le Tribunal correctionnel de Tours le 8 janvier dernier.

La LPO rappelle que le Chardonneret élégant est une espèce protégée par le Code de l’environnement et l’arrêté ministériel du 29 octobre 2009, fixant la liste des oiseaux protégés. La chasse à la glu est autorisée exclusivement pour les grives et les merles destinés à servir d’appelant et uniquement dans 5 départements du sud-est de la France.

Si vous êtes témoin de capture de passereaux protégés (chardonnerets, verdiers …), n’hésitez-pas à prévenir l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage de votre département, la LPO locale et/ou l’association locale de protection de l’environnement de votre département. Vous pouvez également nous aider à faire respecter la loi en faisant un don pour dire « Stop au massacre de nos passereaux »

Partager