Les Refuges collectivités et entreprises inscrits en mars 2017.

ils nous ont rejoints en mars 2017 credit alain boullah 650Crédit photo : Alain Boullah

Celle-l’Evescault (86)

À l’initiative d’un membre du conseil municipal, il a été décidé en 2015 de mettre en place un Refuge LPO d’une durée de cinq ans sur une partie du sentier du Gué de Chincé. Les premières visites ont eu lieu entre fin 2015 et début 2016. Fort d’une présence de 73 espèces d’oiseaux, le site s’avère être une véritable mosaïque d’habitats : bois, jardins, prairies, cultures, haies, bâti ancien et récent, cours d’eau... offrant ainsi de grandes opportunités d’accueil pour la biodiversité.

Le plan de gestion validé par la mairie au début de l’année a officialisé le lancement des actions. Plusieurs d’entre-elles concerneront les zones humides (création d’une mare, restauration d’une autre, aménagement des berges, neutralisation des pièges à faune dans les fontaines, entretien des fossés,...). Les jeunes et les associations de la commune seront sollicités pour diverses actions comme la pose de nichoirs ou encore la construction de murets de pierres, d’hôtels et de spirales à insectes.

Usine Yoplait à Monéteau (89)

L’usine Yoplait située à Monéteau dans l’Yonne s’est déjà investie depuis quelques années dans la prise en compte de la biodiversité sur son site. Une tour à hirondelles a été construite par un IME puis installée en 2016 sur les conseils de la LPO Yonne. Un radeau à sterne et une prairie fleurie font également partie des actions déjà mises en place. Pour aller plus loin, l’usine Yoplait a signé une convention Refuge pour développer les actions de préservation de la biodiversité sur des groupes d’espèces non concernés à ce jour : installation d’hôtel à insectes, construction de muret de pierres sèches, fauche tardive et gestion différenciée des espaces verts, pose de gîtes à chauves-souris.

Warmeriville (51)

Situé sur une ancienne usine textile, le parc Harmel est désormais une friche de 2 hectares, comprenant entre autre des zones de végétation spontanée. On y trouve également une pelouse sèche, une zone boisée ou encore un cours d’eau (la Suippe). Dans le cadre de la réhabilitation du site, la LPO a proposé à la mairie de mettre à profit ses compétences techniques pour favoriser la préservation de la biodiversité de ce site unique en adoptant des modes de gestion respectueux de l’environnement et proposant la création d’aménagements efficaces cohérents. Le projet Refuge qui s’étend sur une durée de cinq ans prévoit également la création d’un « sentier des nichoirs » à travers lequel le public pourra découvrir comment offrir des solutions d’accueil pour les oiseaux.

La Vraie Croix (56)

La municipalité de la Vraie Croix, commune d’un peu plus de 1 400 habitants, située entre Vannes et Questembert dans le Morbihan a décidé de confier à la LPO Morbihan dans le cadre d’une convention Refuge, les inventaires avi-faunistiques, floristiques, amphibiens, reptiles, rhopalocères, orthoptères et odonates de trois parcelles communales situées dans le centre de la commune. Cela représente un total de 29 000 m² qui viendra s’ajouter aux plus de 1 150 ha qui sont déjà refuge LPO en Morbihan.

Partager